Histoire de l'astronomie

tycho brahé cambrai

"De la Terre, centre d’un monde clos, à l’univers infini"

 

Par Bernard Maitte, Professeur d’histoire et d’épistémologie des sciences à l’Université de Lille 1, Directeur du Centre d'histoire des sciences, Ancien fondateur du Forum des sciences de Villeneuve d'Ascq.

Jeudi 16 décembre 2010 à 19h, 2 rue des Archers à Cambrai

Entrée libre. Tél. : 03 27 82 93 93

 

 

Le Fonds ancien de la médiathèque classée de Cambrai est riche de manuscrits et de livres traitant d’astronomie. Dans la conférence que je vais donner, je viens vous convier à un parcours évoquant les conceptions de l’Univers dont témoignent ces écrits. Le monde médiéval a adopté une conception du monde héritée d’Aristote, mis en concordance avec la révélation chrétienne : la Terre est au centre du monde, formée de quatre éléments. C’est une Terre de génération et de corruption, de mouvements rectilignes et uniformes. Au-dessus d’elle s’étendent les sphères célestes, où les planètes tournent depuis la Création d’un mouvement circulaire et uniforme. Le Ciel est un lieu de perfection. Les trajectoires errantes des planètes peuvent s’expliquer au moyen d’une machinerie géométrique mise au point, dans ses grandes lignes, par le Gred d'Egypte Ptolémée. (IIe siècle ap. JC) La bibliothèque conserve des exemplaires de ce « plus grand des livres » que sont les œuvres de Ptolémée, des manuscrits et des livres de Pierre d’Ailly, chanoine de Cambrai, qui adopte cette conception. Pierre d’Ailly est aussi l’auteur de cartes géographiques où l’Atlantique est peu étendu, d’un ouvrage qu’annote Christophe Colomb (exemplaire conservé à Cambrai). Tout l’art médiéval témoigne de la cohérence de ce monde géocentrique, comme le montrent en particulier les carnets de Villard de Honnecourt… Mais la Renaissance va amener une autre conception de l’espace : aux deux régions cosmiques (Terre et Ciel) des Anciens, les peintres et architectes du « quattrocento » (treizième siècle italien) substituent un espace homogène, réglé par les proportions, dont Copernic (XVIe s.) va s’inspirer. Le soleil est mis au centre du monde. Les planètes décrivent des orbes harmonieux. Les livres de la bibliothèque de Cambrai témoignent des hésitations ressenties alors : faut-il conserver l’ancien système ? Adopter le nouveau, bien imparfait encore ? Trouver un compromis, dont témoigne l’œuvre de Tycho Brahé ? Le monde est-il clos ou infini ? Les questions sont ouvertes et des réponses données au XVIIe siècle dans les œuvres de Kepler, Galilée, Descartes et Newton. Un débat dont toute notre conception du monde sera marquée.

 

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    cie ÎLE du A (mardi, 08 février 2011 12:30)

    Bonjour,

    La Cie ÎLE du A vous propose

    « CosmiC » un voyage à travers les contes pour découvrir les trésors de la voûte céleste,

    Avant tout un grand divertissement, un moment propice aux rêves, ces contes nous permettent d’apprivoiser la nuit pour ne plus avoir peur du noir



    Ces histoires nous racontent ce lien ancestral entre les hommes et le ciel, la disparition d’une constellation et c’est le moment des semailles, repérer l’étoile polaire c’est pouvoir se diriger dans la nuit et les marins le savent bien, connaître les phases de la lune c est maitriser le temps …

    voilà ce que nous apprennent ces histoires,


    « CosmiC » SE SONT DES CONTES ET LÉGENDES DU MONDE ENTIER DÉDIE A L ASTRONOMIE

    Un prétexte pour initier l air de rien les petits et les grands à l astronomie, une entrée en matière pour lever les yeux vers la voûte céleste.
    A la fin de ces histoires on ne peut s’empêcher de regarder la lune et d’y chercher le lièvre, nous voilà plongés dans la géographie sélène.
    Sans s’en rendre compte nous voila devenus des astronomes amateurs, cheminant au milieu des étoiles.

    je reste a votre disposition pour toute information sur le spectacle
    n' hésitez pas à me contacter
    Corinne Ferragu
    http://compagnie-ile-du-a.alwaysdata.net