Le Monde sans les enfants et autres histoires

nouvelles de Philippe Claudel (2006)

Un joli livre que l'on découvre, que l'on déguste et que l'on peut relire sans ennui...avec un plaisir renouvelé. Les chemins proposés sont doux, colorés mais parfois terribles comme la véritable vie qui n'est pas toujours un conte de fée. Le petit irakien Wahid nous l'explique bien avec ses mots d' enfant dans une lettre adressée à un autre enfant : "Tu sais, chez moi, c'est à dire juste à côté de chez toi, oui là, sur l'autre palier, eh bien c'est la guerre. Oui la guerre. La guerre comme dans les films, comme à la télévision, sauf que chez moi, à Bagdad, c'est en vrai, ce n'est pas un film. Il y a du bruit, de la fumée et des morts, et pas des morts qui se relèvent après avoir joué aux morts. Non, des vrais morts qui restent tout le temps et pour toujours". Wahid "rappelle" à son correspondant que sa ville, celle des contes des Mille et une nuits portait le plus beau surnom du monde : Madinat al-Salam, c'est à dire : la cité de la paix ! Tantôt poèmes, tantôt fables, tantôt anecdotes, une manière de revisiter le genre des contes. Dans ces pages, il est question de fées "has- been", de chasseurs de cauchemars victimes du chômage, de petits enfants blasés.

 

Patricia L.   Je Tu Lis On En Parle

Écrire commentaire

Commentaires : 0