HHhH

roman historique français de Laurent Binet (2009)

"Himmlers Hirn heisst Heydrich", "Le cerveau d'Himmler s'appelle Heydrich"... Heydrich est beau et intelligent. Il joue du violon et n'a pas de scrupules. Il est le collaborateur idéal d'Himmler et d'Hitler. Face à lui deux parachutistes chargés de l'exécuter : l'un est slovaque, l'autre tchèque. A partir d'un fait divers, l'attentat contre le responsable de la Gestapo et des services secrets nazis, Laurent Binet nous fait entrer dans sa réflexion. Est-ce un roman dans un documentaire historique ? Que s'est-il passé réellement ? Qu'est-ce qui aurait pu se passer ? HHhH est une oeuvre bouleversante.

 

 

Anne W.

Je Tu Lis On En Parle

HHhH est présenté comme un roman, mais est aussi un livre d'Histoire.

Au départ, il y a l'assassinat à Prague du numéro 2 de la SS, Reinhard Heydrich, en 1942. Un fait des plus historiques, mais qui pourtant, et quand bien même on s'en tiendrait le plus strictement aux faits, contient en soit tous les ingrédients des meilleurs romans épiques : des espions parachutés, un méchant absolu, un cadre baroque, des actions héroïques, un traitre, une crypte, le désespoir et le sacrifice, tout y est jusqu'à la caricature, et pourtant bien réel.

Mais HHhH est très loin d'être uniquement le récit de cette opération. C'est avant tout celui des difficultés rencontrées par l'auteur face à cette histoire rocambolesque, à comment exploiter ses sources, et ses doutes ; mais aussi son questionnement face à son œuvre et à la place que celle-ci prend dans sa vie, et jusque dans son intimité. C'est le questionnement du romancier face à ses personnages, de l'historien face à ses sources, et finalement ici la problématique de la rencontre de ces deux mondes que sont l'Histoire et la littérature, mais aussi de leur télescopage avec le monde quotidien de l'auteur et finalement avec celui de chacun.

Un livre complet, au carrefour de deux genres et qui sans jamais passer complètement dans l'un ou dans l'autre, nous permet de découvrir les deux avec la même délectation.

 

Marie-Agnès L.   Je Tu Lis On En Parle

Écrire commentaire

Commentaires : 0