Pereira prétend

roman italien d'Antonio Tabucchi (1994-éd 2010) Prix Campiello 1994

"Antonio Tabucchi est mort. C'est une énorme perte. Mais ses livres restent pour longtemps, et nous permettent de mieux voir le monde" a écrit Bernard Comment, son traducteur, dans libération. Les critiques sont unanimes pour saluer la disparition d'un des plus grands auteurs contemporains, non seulement italiens mais européens. Prix Médicis pour "Nocturne indien" en 1987, "Pereira prétend" classé parmi les six meilleurs livres de l'année 1995 par la revue LIRE. Ces deux livres ont été adaptés au cinéma. "Pereira prétend" met en scène un journaliste portugais en 1939, à Lisbonne sous la dictature salazarienne. Pereira, veuf (il parle chaque jour au portrait de son épouse !), souffreteux, se targue d'être chroniqueur littéraire dans un obscur journal et l'essentiel de ses chroniques c'est d'écrire les nécrologies anticipées des écrivains célèbres susceptibles d'expirer plus ou moins prochainement. Au contact de jeunes résistants à la dictature de Salazar, Pereira va prendre conscience de la petitesse de son existence et s'engager dans ce mouvement de résistance. (Roman écrit en 1994, année de l'émergence du berlusconisme que Tabucchi ressent et combattra sans cesse). Chaque chapitre ou presque commence et se termine par la formule "Pereira prétend", en italien "Sostiene Pereira" que l'on aurait pu traduire par "affirme ou, soutien Pereira", martellement obsessionnel d'une conscience en désarroi. Pour les non-lecteurs, on vous conseille le film, magnifiquement interprété par le grand Marcello Mastroianni.

 

Eugène A. Je Tu Lis On En Parle

Écrire commentaire

Commentaires : 0