Mariés

nouvelles d'August Strindberg (1986-éd. 2006)

Nous connaissions de Strindberg son théâtre : « Mademoiselle Julie », «  La danse de mort » peut-être aussi ses talents de peintre et de photographe, avec ce recueil de nouvelles : «  Mariés » nous découvrons plus amplement cet auteur suédois, cosmopolite, rebelle, atrabilaire, et résolument misogyne.

Au cours d'une trentaine de nouvelles August Strindberg nous expose les tribulations de la vie conjugale, le mariage et ses désillusions. Même si certains récits sont empreints de tendresse et d'humour, la plupart dessinent une vision amère et sarcastique des relations entre époux. Strindberg brosse ici une analyse acérée et cruelle de la société à la fin du XIXème où les aspirations émancipatrices des femmes suédoises alimentent sa hargne et son discours anti- féministe. Pour lui, la femme idéale, reste une épouse et une mère docile, à l'inverse de celles qu'il décrit : coquettes, immorales, paresseuses, dépensières et de plus revendicatrices. Pauvre Strindberg qu'aurait-il pensé des propos d’une Virginia Woolf ou d’une Simone de Beauvoir !

Cette charge virulente contre les femmes prête plutôt à sourire, son style s'approche de Maupassant avec quelques chose de ronchon des frères Goncourt, ce qui rend cette lecture vraiment plaisante et savoureuse. Le haro de Mr Strindberg sur les féministes ne change rien, de nos jours bon nombre de femmes sont « émancipées » et les échanges hommes/femmes sont toujours aussi compliqués. Il faut croire que par essence les rapports humains de toute nature sont complexes.

A l'instar de son compatriote, Ingmar Bergman, une soixantaine d'années plus tard, s'attachera lui aussi à montrer l'âpreté des rapports amoureux avec une acuité qui n'est pas sans rappeler parfois la sévérité de Strindberg. Plongez-vous ou replongez-vous dans les oeuvres de ces deux grands dramaturges suédois, tout n'y est pas que noirceur et morosité, leur analyse de l'âme humaine n'a rien perdu de sa force et de son actualité.

 

Lionelle F. Je Tu Lis On En Parle

Écrire commentaire

Commentaires : 0