Le coursier de Valenciennes

Roman de Clélia Anfray (2012)

Il s'agit du premier roman de l'auteur, professeur de lettres et spécialiste de Zola. Simon, juif rescapé des camps six ans après la guerre, quitte sa ville de Clermont-Ferrand pour se rendre à Valenciennes et tenir la promesse qu'il a faite à son ami Pierre, déporté à Auschwitz : remettre un paquet, une lettre à sa famille.

Tout Valenciennois ou autre habitué de la ville se sent chez lui dans les déambulations de ce coursier, à travers les sensations qu'il éprouve dans les rues de la ville : les briques rouges, le ciel pluvieux, une sculpture de Carpeaux, l'évocation des peintures de Watteau, le tramway d'alors (années 50) qui allait jusqu'à Bonsecours à la frontière belge, et baptisé « Tramway du Brésil » en raison de la présence sur les lieux d'un torréfacteur.

Mais c'est à la fois un roman sur la mémoire et sur la vengeance qui clôt le récit de façon abrupte.

 

Eugène Allemand Je Tu Lis On En Parle

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Alphonsine (mercredi, 28 janvier 2015 16:06)

    Originaire de Cambrai mais résidant aujourd'hui à Paris, j'ai été heureuse de tomber sur ce titre, quelques années après sa sortie, et l'ai lu quasi que pour ça. Le roman est pas mal du tout, mais j'ai été surtout touchée par la description de Valenciennes, toute dans l'ambiance. La ville a beaucoup changé depuis l'époque du roman, mais j'y ai vraiment reconnu quelque chose...