Le Petit chaperon rouge détourné : quelques livres suprenant...

Le Petit buveur d'encre rouge, d'Eric Sanvoisin, Nathan Jeunesse, 2009

 

Depuis qu'Odilon a été mordu par Draculivre, il boit des livres pour survivre. Un jour, par mégarde, il boit les contes de Perrault, et se retrouve lui-même aspiré par l'histoire avec son amie Carmilla. Odile et Carmilla pourront-ils changer la trame du récit ?

 

Romain Gallo contre Charles Perrault, de Gérard Moncomble, Hachette, 2007

 

Le détective privé Romain Gallo décide de rouvrir quelques dossiers trop rapidement bouclés par le commissaire Perrault. Isidore Leloup, condamné pour cannibalisme alors qu'il était végétarien, était-il vraiment coupable ?

 

 

Le Petit chaperon rouge à Manhattan, de Carmen Martin Gaite, Flammarion Jeunesse, 2010

 

Sara Allen, une jeune fille de Brooklyn, doit apporter une tarte aux fraises à sa grand-mère, Gloria Stard, qui habite dans un lointain quartier de New York... Le meilleur patissier de la ville, c'est Edgar Woolf.

Mademoiselle Sauve-qui-peut, de Philippe Corentin, Ecole des loisirs, 1996

 

Mademoiselle Sauve-qui-peut est une petite fille espiègle et agaçante qui passe son temps à jouer des mauvais tours aux animaux de la ferme. Un jour, elle découvre le loup déguisé en grand-mère. Elle fait d'abord semblant de ne pas l'avoir reconnu...

Le Petit chaperon Uf : un conte du bon vieux temps..., pièce de théâtre de Jean-Claude Grumberg, Actes Sud, 2005, avec des illustrations de Benjamin Bachelier.

 

Joute oratoire entre le Loup Caporal et le Petit chaperon qui a le défaut, au lieu d'être ouf, d'être uf. La jeune fille saura-t-elle maitriser le langage, seul moyen de se libérer et de survivre ?

Cette sélection a été réalisée en s'inspirant du mémoire de Cécile Lavignette-Ammoun, consultable ici.

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0