Silhouette

Nouvelles de Jean-Claude Mourlevat (2013)

Le genre de la nouvelle est totalement respecté, avec une installation rapide des personnages, une action ciblée, souvent la crispation sur un détail, un objet, et une fin percutante. C’est terriblement voire horriblement cruel à chaque fois, mais tellement plausible…  La curiosité en éveil, on finit forcément par se reconnaître dans l’une ou l’autre des histoires.

 

 

 

Silhouette : Une femme amoureuse platonique d’un acteur depuis des années a enfin l’occasion de participer en tant que « silhouette » à son prochain film.

 

Case départ : Pour la première fois de sa vie, un jeune garçon part en vacances sans ses parents. La tâche de fermer la maison lui incombe.

 

Pardon : Un homme pense qu’il ne lui reste plus que quelques mois à vivre. Il décide de partir à la recherche de tous ceux qu’il a blessés durant sa vie, pour leur demander pardon.

 

Love : Une jeune étudiante un peu timide part un an en Angleterre. Elle est hébergée chez une singulière et maîtresse femme.

 

Ouessant : Un garçon raconte des bribes de son enfance, entre moments heureux et coups du sort.

 

L’accord du participe : Un retraité décide de punir un ministre qui accumule les fautes grammaticales dans ses interviews.

 

Dom Juan : un acteur de théâtre jouant Dom Juan a soudainement un trou de mémoire récurrent, à un moment critique.

 

Mon oncle Chris : un jeune garçon se voit confier un grand secret par son oncle, voyageur au long cours et bourlingueur des mers qui détonne dans la famille.

 

Les jolis nuages : Une professeure juste à la retraite perd son mari. Pour s’occuper, elle apprend des poèmes par cœur, dans toutes les langues.

 

Un escroc : Celle-là, je vous la laisse découvrir ! Un pied-de-nez inattendu de l’auteur au reste de son livre.

 

Patricia L. Je Tu Lis On En Parle

Écrire commentaire

Commentaires : 0