mar.

17

déc.

2013

Au revoir là-haut

roman de Pierre Lemaitre (Prix Goncourt 2013)

Auteur de polars à succès Pierre Lemaitre se penche cette fois sur une période peu reluisante de notre histoire, au cours des années qui ont suivi la grande boucherie de 14­18. L’auteur réussit à esquisser toute une époque et les effets dévastateurs de la guerre sur les corps, les esprits et les âmes d’une génération. L’entrée du roman, avec son écriture très cinématographique, est magistrale. Des mots qui éclatent comme des obus au front. Dans les tranchées, il y a ceux qui aspirent à une fin rapide pour sortir vivant de cette souffrance atroce, et les autres, dotés d’une allure aristocratique et brutale, profiteurs de la guerre et qui, après l’armistice, se lancent dans le marché des cadavres militaires. L’histoire de ce roman est à la fois extravagante et fortement réaliste, avec des personnages crédibles qui respirent leur époque. Un fils de la grande bourgeoisie, artiste, homosexuel, a sauvé un modeste comptable, d’une mort atroce au prix de sa défiguration par un éclat d’obus. Retour à la vie civile de gens qui, brisés par la guerre, sont néanmoins sensés être des vainqueurs. Sur les ruines du plus grand carnage du XXe siècle, ces deux rescapés des tranchées, passablement abîmés, prennent leur revanche en réalisant une escroquerie aussi spectaculaire qu’amorale. Tous les personnages secondaires ont autant de présence et de profondeur que les deux héros de ce roman. Chacun des protagonistes porte un trait de caractère qui décrit les turpitudes de l’âme humaine et ses bassesses. Honneur, pouvoir, morale se débattent au sein des histoires de famille ou de corruption. Mené comme un polar, sur un sujet dur, difficile, Pierre Lemaitre tient son lecteur en haleine pendant plus de 500 pages derrière un tableau sociologique convainquant de la France de l'époque.

 

Patricia L. Je Tu Lis On En Parle

Écrire commentaire

Commentaires : 0