Ruralivres en Cambrésis

Un salon très animé et des auteurs pour la jeunesse plébiscités par leur public !

 

Retour sur l'évènement...

Après de longs mois passés à sillonner le territoire à la rencontre du public jeune, pour présenter les livres sélectionnés et animer lectures et ateliers, l'infatigable Josy avait choisi cette année de poser ses valises pleines d'albums et de romans pour la jeunesse aux portes de Cambrai.

Piloté par la Fédération des Foyers ruraux du Nord Pas-de-Calais, avec le soutien du Conseil général du Nord, de la CCPS et de la 4C, du Pays du Cambrésis et de Cambrésis Ressources, en partenariat avec la Médiathèque départementale du Nord et la Médiathèque d'agglomération de Cambrai, le 4ème Salon Ruralivres en Cis s'est tenu à Raillencourt Ste Olle les les 12 et 13 juin.

 

La commune avait en effet mis toutes ses salles (médiathèque-espace animation-salles des sports et du Tordoir) à la disposition des Picoreurs, Grignoteurs et autres Dévoreurs de livres, pour leur permettre de rencontrer enfin leurs auteurs préférés et leur remettre leurs prix.

Et la soirée d'ouverture, sous forme de speed-dating littéraire avec quatre auteurs de la sélection, suivi d'un débat avec un éditeur, Bertil Hessel (Oskar Jeunesse), et un libraire (Daubour de Solesmes) s'annonçait d'autant plus alléchante qu'elle s'accompagnait de la dégustation de soupes (Comptoir des soupes) et autres produits régionaux. Cette première rencontre avec Joelle Passeron (dessinatrice de la BD Tranche trognes, artisan bourreau), de Jacques Venuleth (Le tagueur fou de Barcelone), Sophie Dieuaide (La vie rêvée ou presque de Manon D.), et Fanny Abadie (J'ai pas choisi) s'est révélée très riche d'échanges et de témoignages sur le métier d'écrivain pour la jeunesse, mais le débat avec d'autres passeurs de lecture a tourné court en l'absence du public concerné.


Qu'importe, dès le lendemain, la ronde des bus a commencé, et ce ne sont pas moins de cinq à six-cents enfants qui ont débarqué dans la commune et partagé leur journée entre les ateliers créatifs, les débats avec les auteurs de la sélection, et les stands de ce 4ème salon de littérature jeunesse en Cambrésis.

Dans la salle des sports étaient ainsi rassemblées différentes activités, en lien avec les oeuvres sélectionnées, à commencer par le cirque, joyeusement illustré par la médiathèque de Ste Olle, grâce au talent de Laurent (expert en lancer de couteaux comme en lâcher de ballons) et de Liliane qui avait magnifiquement décoré le chapiteau et conçu tous les jeux proposés aux enfants. La médiathèque d'Aubencheul au Bac rivalisait sur le même thème avec un atelier de peinture et des crayonnés de personnages issus du livre Circus, et celle d'Iwuy marchait sur les pas de Tranche trognes, artisan bourreau avec sa petite entreprise de confection de poulaines.Tout à côté voisinaient le stand Bulles D'ados avec Yann Filbien et celui de la MDN « Ma BD est muette », tandis que d'autres enfants pratiquaient le Scrapbooking autour du livre La vie rêvée de Manon Davec le foyer rural de Morbecque. Et si le patrimoine local était aussi mis en valeur à travers le jeu Mission Cambrésis, d'autres jeux littéraires, imaginés par les jeunes du collège de Marquion autour des livres de la sélection, faisaient la joie des petits concurrents dès leur entrée sur le salon.

Dans l'Espace animation, réparties au gré des salles selon leur planning, des rencontres avaient lieu toutes les heures avec les auteurs invités, tous présents ce jour-là malgré la grève SNCF. Et tandis que Thierry Moral ou Tony Havart profitaient même de la pelouse pour conter aux enfants des histoires d'animaux, Aurore et Fanny les initiaient au slam, à partir du livre de Fanny Abadie J'ai pas choisi. Le Salon lui-même, installé au Tordoir, accueillait tout à la fois les librairies: Daubour (de Solesmes) - le Furet du Nord (de Cambrai) – Occazou - Eléa Diffusion - Oskar Editions - A Contresens - le Téétras Magic - Bulles d'espoir, les médiathèques : la MDN avec son troc de livres (en partenariat avec le CODES du Cis) - la MAC avec une présentation des prochains ateliers sciences, mais aussi d'autres ateliers comme la calligraphie avec le foyer rural de Mentque Nortbécourt, ou les travaux des jeunes des collèges de Solesmes, Avesnes-les-Aubert, Caudry et Masnières.


 C'est donc en toute logique, à l'heure du discours officiel et à la mi-temps de ce salon, que Mme Ringeval, maire de Raillencourt Ste Olle, s'exprimait en ces termes, devant un parterre d'enfants réjouis et heureux : « Il y a des moments de fraîcheur, de spontanéité, d'inventivité, des moments qui nous rappellent combien l'avenir repose sur la jeunesse et son dynamisme ».

Remerciant comme il se doit tous les partenaires officiels de cette manifestation, à commencer par la Fédération des Foyers ruraux du Nord Pas-de-Calais, elle saluait notamment le travail de Josy Saelen, parfaite animatrice et coordinatrice de ces rencontres Ruralivres, avant de l'inviter à procéder à la remise des prix. Et ce sont les enfants eux-mêmes, collégiens d'Avesnes-les-Aubert ou jeunes de l'Adapt, qui rejoignaient les auteurs sur la scène du Tordoir pour les embrasser et les récompenser, après la proclamation des résultats

Une voleuse au Maxi Racket de Sarah Turoche Dromery pour le prix des Picoreurs
Quand j'étais cagibi de Hélène Gaudy pour le prix des Grignoteurs
La vie rêvée ou presque de Manon D de Sophie Dieuaide pour le prix des Dévoreurs

 

tandis que Les carnets de Cerise, T1, le zoo pétrifié de Joris Chamblain et Aurélie Neyret remportaient la première sélection B.D Ruralivres régionale.

Et tous, élus, partenaires et animateurs, ont ensuite partagé le verre de l'amitié offert par la commune, avant de se restaurer et de reprendre le fil de leurs activités au sein du salon. L'après-midi s'est ainsi poursuivie avec les mêmes échanges, tant à l'espace animation avec les auteurs, que dans les ateliers ou sur les stands, jusqu'à l'arrivée des ados cyclistes transportant les « Livres en vadrouille ». Venus des différents LALP du Cambrésis, ces jeunes s'installaient pour une nuitée de camping au bord du stade, avant de préparer leur barbecue, autour duquel se retrouvaient bientôt les auteurs et les animateurs de la journée pour écouter ces « Histoires d'un soir » que leur contaient une équipe de sinistres compères. Une soirée sous le sceau de l'angoisse, propre à empêcher les gens de dormir, avec les conteurs Fabien Delorme, Manuella Yapas, Thierry Moral, Tony Havart et Christophe Grimonpont.

 

« Le temps de lire dilate le temps de vivre » disait Mme Ringeval en citant Daniel Pennac. C'est sans doute ce qu'ont ressenti tous les participants de Ruralivres en partageant leurs toutes dernières impressions à l'issue de ces rencontres inoubliables.


Écrire commentaire

Commentaires : 0