jeu.

11

janv.

2018

En ce lieu enchanté

Roman de René Denfeld

Un coup de poing en pleine figure. Nous n'en sortirons pas indemnes. Dans un "lieu enchanté", une prison pour condamnés à mort, des criminels attendent la fin. Certains ne veulent pas mourir, d'autres oui. Parmi eux, l'un ne parle plus depuis des années mais il lit et relit...les rêves envahissent sa vie. Au travers de son regard, nous partageons la vie quotidienne des prisonniers violents, violés et des gardiens indifférents. Deux personnages, un prêtre déchu et "la dame" tentent de sauver ceux qui ne peuvent l'être...et pourtant...?

 

Anne W., Je tu lis, on en parle

jeu.

11

janv.

2018

L'Autre

Roman de Andrée Chedid

Quelque part dans un village méditerranéen, le temps d'un regard, d'un bref salut, Simm, le vieil homme, rencontre l'Autre, un jeune touriste accoudé à la fenêtre de son hôtel. Serait-ce l'amorce d'un lien ? Survient un tremblement de terre, le jeune homme se retrouve enseveli. Simm tentera l'impossible pour sauver cet homme, quitte à affronter l'incrédulité des sauveteurs. Contre l'avis de tous, il persistera, jusqu'à entendre l'Autre lui répondre sous terre. Un dialogue s'instaure entre les deux hommes : Simm, le têtu, apporte espoir et force à l'enseveli. Après des jours de travaux de dégagement, des reculs, des moments de découragement, des progrès, le jeune homme sera, contre toute attente, sauvé !

Grâce aux paroles et aux silences de Simm, l'Autre renaît ! 

Ce roman puissant est une merveille, on y découvre plusieurs formes d'écriture : poèmes, dialogues théâtraux, scénario de cinéma. La magie et la virtuosité dans l'écriture d'Andrée Chedid opèrent pour notre plus grand plaisir.

 

Annie F., Je tu lis, on en parle

jeu.

11

janv.

2018

Une fille qui danse

Roman de Julian Barnes

Grande -Bretagne.Un homme reçoit la lettre d'un notaire l'informant d'un legs de la part de la mère de son ex-petite amie Veronica qu'il a connue et aimée pendant ses années étudiantes . Il s'agit du journal intime de son meilleur ami à l'université Adrian. Son étonnement est grand : pourquoi la mère de Veronica lui lègue-t-elle ce document ? Comment a-t-elle pu l'avoir en sa possession ? 

S'ensuit alors sa recherche du document. Il doit renouer avec Veronica.Ce n'est pas chose aisée . Cette quête lui fait revivre ses années de jeunesse ,ses amitiés , son histoire d'amour ratée avec Veronica. Reviennent alors des souvenirs qu'il croyait enfouis : un week-end passé chez les parents de Veronica et l'attitude étrange de sa mère qui l'avait laissé perplexe . Il se rappelle sa rupture avec Veronica ,puis l'annonce par Adrian de son mariage avec Veronica ,et enfin le suicide d'Adrian qui avait choqué tout le monde quand tout semblait sourire à ce jeune homme si beau et si brillant.

Il va découvrir la réponse à certaines questions ,lentement ,laborieusement. Il prendra connaissance de l'existence d'un jeune homme et le lecteur tout comme le narrateur aura bien du mal à identifier qui est ce jeune homme dans cet imbroglio . La fin sera surprenante -le titre anglais est « The sense of an ending ».

C'est aussi une réflexion :qu'est-ce que la vie ? En est-on toujours l'acteur ? Aurait-ce été différent si nous n'avions pas fait ,dit , écrit ce que nous avons fait ,dit ,écrit ? Si la vie est la somme de nos souvenirs ,sont-ils bien ce qui s'est passé ? Ou les avons-nous fabriqués ? 

Mais quoiqu'il se soit passé le narrateur gardera de Veronica celui d'une fille qui danse, l'un de ses plus beaux souvenirs.

 

Carole B., Je tu lis, on en parle

jeu.

11

janv.

2018

Jan Karski

Roman de Yannick Haenel

Juif, polonais, résistant pendant la seconde guerre mondiale, Jan Karski a pour mission de transmettre ce qu'il a vu dans le ghetto de Varsovie et les camps de concentration. Transmettre à qui ? Au gouvernement polonais en exil à Londres mais aussi aux Etats Unis. Les Alliés peuvent-ils ou veulent-ils croire en l'extermination de tous les juifs européens ?

Yannick Haenel essaie de répondre à ces questions susceptibles de déclencher de nombreuses polémiques.

 

Anne W. Je tu lis, on en parle

jeu.

16

nov.

2017

Qu'attendent les singes ?

Roman de Yasmina Khadra

Un portrait au vitriol d'un certain milieu algérien. Une jeune étudiante assassinée, par qui ?pourquoi ? Une commissaire de police cinquantenaire ayant 3 handicaps dans la société machiste algérienne : 

1 : être une  femme. 

2 : être lesbienne. 

3 : ne pas avoir sa langue dans sa poche.

Elle ne fait aucune concession aux hommes de pouvoirs, aux journalistes ou supérieurs qui se mettent sur le chemin de la vérité. Une vérité bien gênante pour les gens en place. Un bon policier, mais surtout une étude de mœurs acide.

 

 

Marie-Claire B., Je tu lis, on en parle

jeu.

16

nov.

2017

Où sont passés les grands jours ?

BD de Jim et Alex Tefenkgi

Hugo a trente ans . Fred était son meilleur ami . Comment vivre depuis la mort de Fred? Une question que se pose Hugo dans cette série qui nous montre les pouvoirs d'une amitié simple et sincère. Une amitié qui provoquera Hugo sans cesse , qui se montrera sous de nombreux aspects : le numéro de téléphone de l'absent toujours présent, le poids des souvenirs, ces « petites choses » et ces rencontres qui mettront au premier plan celui qui n'est plus là...

Un moment de lecture très agréable, des personnages touchants qui viennent chercher le lecteur et l'entraînent dans cette histoire terriblement humaine.

 

 

Thomas D., Je tu lis, on en parle

jeu.

16

nov.

2017

La cuisinière

Roman de Mary Beth Keane

L'histoire de Mary, simple domestique et cuisinière, fait scandale en Amérique, à la fin du XIXe siècle. Dans chaque demeure où elle travaille des décès surviennent. Pourtant, Mary est en bonne santé et veille scrupuleusement au bien-être de chacun et en particulier des enfants. Très vite, les autorités sanitaires s'intéressent à son cas et l'accusent de transmettre la typhoïde. Les médecins sont-ils peu convaincants ? Mary est-elle trop fière pour essayer de comprendre ? Mary veut gagner sa vie en exerçant ce métier de cuisinière qui la passionne. Victime ou obstinément égoïste, le comportement de l'héroïne peut nous sembler parfois ambigu... mais reste cependant attachant.

 

Marie-Claire B., Je tu lis, on en parle

jeu.

16

nov.

2017

Monsieur est mort

Roman de Karine Silla

Dans cette famille le père se fait appeler «  Monsieur » par ses 4 fils. La mère  semble absente dans l'éducation des enfants. Suite au suicide de son frère aîné, Vincent quitte la France pour essayer de survivre....pendant quinze ans. Arrive la mort de « Monsieur », Vincent doit revenir à Paris et refaire connaissance avec sa mère, ses frères cadets et le majordome, fidèle serviteur du père. Il est alors assailli par les souvenirs de son enfance et surtout ceux de son frère tant aimé.

La famille paraît souvent la meilleure ou la pire des choses. Ici, nous sommes dans le pire et Vincent doit émerger.

 

Anne W., Je tu lis, on en parle

jeu.

16

nov.

2017

Bakhita

Roman de Véronique Olmi

Dans ce roman, nous suivons le parcours d''une femme qui ne souvient plus de son nom. Cette histoire vraie se situe au XIX°siècle. Enlevée au Darfour à sept ans, elle a connu l'enfer de l'esclavage. Elle a perdu son identité. Elle a subi la maltraitance des maîtres qui avaient perdu toute humanité. Les descriptions sont violentes et nous permettent de nous rapprocher de Bakhita. Le lecteur voyage avec elle, de l'Afrique à l'Italie, grâce à une description réelle et obsédante des lieux multiples. Le recours aux nombreuses comparaisons et à la narration simple et poétique parfois, mettent en valeur cette femme semblable aux autres mais qui a une force extraordinaire en elle. C'est aussi l'histoire d'une rencontre qui va changer sa vie . C'est l'histoire d'une esclave devenue sainte. Une lecture qui ne laisse pas le lecteur indifférent.

 

Thomas D., Je tu lis, on en parle

mar.

26

sept.

2017

Corps et âme

Roman de Frank Conroy

Est-ce possible de devenir un grand pianiste quand on est un enfant délaissé, élevé par une mère alcoolique ? Claude, jeune garçon de six ans, simple et sincère, découvre dans sa chambre en sous-sol, encombrée de mille choses, un piano désaccordé et des partitions. Il découvre en lui le don de la musique. Avec opiniâtreté et passion, Claude poursuit une vie talentueuse. « Je peux le faire », dit-il.

 

Anne W. Je tu lis, on en parle

mar.

26

sept.

2017

Comment tu parles de ton père

roman de Joann Sfar

Nous connaissions les beaux hommages qu’Albert Cohen avec « Le livre de ma mère » et Romain Gary avec « La promesse de l’aube » avaient rendu à leur mère, et bien, Joann Sfar, avec ce livre dédié à son père, s’essaye lui aussi au genre mais avec un ton délibérément moderne et facétieux. Orphelin de mère à 3 ans, Joann Sfar a été élevé par son père, figure de proue de la ville de Nice, juif très pieux, avocat, promoteur et incorrigible séducteur, bref un papa à la présence plutôt écrasante. Parler donc de son géniteur ne fut pas chose facile surtout quand comme Joann on est assez pudique ; cependant ce petit récit fait un joli livre. Comment devenir soi alors qu’il faut se plier aux strictes pratiques religieuses paternelles ? Il faut croire que le petit Sfar est du bois dont on fait les créateurs : un artiste, libre dans sa tête et dans ses choix. C’est un peu notre Woody Allen à nous, gentiment résilient, se posant des questions existentielles et les résolvant par la dérision, l’humour et la tendresse. C’est sans doute cela qui rend cet ouvrage attachant, Joann Sfar avec des mots tous simples parle à la fois de l’intime et de l’universel.

 

Lionelle F. Je tu lis, on en parle 

mar.

26

sept.

2017

L'archipel d'une autre vie

Roman de Andreï Makine

Une chasse à l'homme s'est engagée dans la taïga à la fin de l'ère stalinienne. Pavel, un vétéran de la Seconde Guerre, se trouve enrolé dans ue patrouille pour reprendre un mystérieux évadé. Cette poursuite haletante va prendre un tour inattendu. L'auteur brouille les pistes avec talent, conduit le lecteur dans un décor hostile, majestueux, avec de multiples rebondissements. C'est très réussi, dans un style qui démontre une grande maîtrise de la langue française, et qui traduit aussi un hommage à la terre natale de l'auteur. Makine nous fait prendre conscience de la violence de notre monde, des dégâts commis sur la nature, et qu'une autre vie est possible. Pavel répète à la fin : "nous allons vivre."

 

Francis N. Je tu lis, on en parle

mar.

26

sept.

2017

Illettré

Roman de Cécile Ladjali

Illettré "raconte l'histoire de Léo Cramps, un jeune homme discret , âgé de vingt ans.

Le jeune homme pointe chaque matin à l'usine, une imprimerie où il s'installe devant sa presse ou son massicot. Défilent devant ses yeux des lettres que Léo identifie vaguement à leur forme. Élevé par sa grand mère analphabète et aimante, il n'a jamais réussi à intégrer les codes de l'écriture et de la lecture, a quitté le collège à 13 ans, régressé et oublié les rudiments appris à l'école. Pour lui c'est plus une honte qu'un handicap, honte tenace, sournoise, humiliation secrète de plus en plus pesante...

 

Une remise en question constante et douloureuse entre l'envie d'intégrer la communauté de ses semblables et de les fuir. L’Illettrisme apparaît ici comme un mal sournois ,invisible, discriminatoire dont on croit pouvoir ruser mais qui vous rattrape

L'auteur réussit à montrer avec talent l'importance du langage autour des mots, de l'école, de l'estime de soi, impossibles sans le langage.

Bouleversée par ce livre centré sur le combat de Léo contre son illettrisme, sur ce handicap invisible et douloureux, le sujet est traité dans cet ouvrage avec conviction et sensibilité. Un très beau livre.

 

Annie F. Je tu lis, on en parle

mar.

26

sept.

2017

Glacé

Roman de Bernard Minier

Cela commence par le cadavre sans tête d'un cheval accroché en haut d'un téléphérique. Cela se poursuit par l'arrivée d'une jeune psychologue dans un hôpital psychiatrique réservé aux grands criminels. Le commandant Servaz et son adjoint, flics atypiques, s'obstinent sur une affaire douloureuse et compliquée.

 

Anne W. Je tu lis, on en parle

mer.

05

juil.

2017

Ahlam

Roman de Marc Trévidic

En Tunisie, un peintre français débarque pour oublier un chagrin d'amour. Il rencontre un pêcheur et initie ses deux enfants à l'art : la peinture pour Josam et le piano pour Ahlam. La trame de l'histoire ressemble à celle d'un roman policier. Le régime autoritaire et corrompu de Ben Ali est dénoncé, et en même temps, le fantasme islamiste s'installe. L'auteur s'appuie sur une connaissance précise des mécanismes d'embrigadement. Les projets terribles des salafistes, leur loi fanatique sont effrayants et glaçants. Un affrontement impitoyable entre le frère et la sœur s'engage. La vie vaclle sous les yeux du vieux pêcheur dont le monde ancien disparaît.

 

Francis N., Je tu lis, on en parle