mer.

15

févr.

2017

Dodgers

Roman de Bill Beverly

East, 15 ans, est chef des guetteurs devant une maison où l'on vend et consomme de la drogue. Un jour les flics débarquent et East qui n'a rien vu venir doit se racheter auprès de son chef. Celui-ci le charge d'aller tuer un juge, témoin compromettant. Entouré de son frère Ty 12 ans, gamin complètement fêlé, d'un pseudo étudiant et d'un petit gros futé, East part à l'aventure. Rien ne va se passer comme prévu. Après bien des péripéties, East se retrouve seul, ce qui va lui permettre de faire le point sur son avenir et peut être changer? Un roman touchant que cette histoire d'enfants malmenés par la vie.


Marie-Claire B. Je tu lis, on en parle

0 commentaires

mer.

15

févr.

2017

California girls

Roman de Simon Liberati

Dans la plupart de ses livres, Simon Liberati s’intéresse aux cabossés de la vie et avec le récit de « California Girls » c’est- sans concession qu’il nous dévoile les comportements déviants d’une jeunesse égarée. Après « Jayne Mansfield 1967 » qui dénonçait le star-system hollywoodien, il nous entraine encore une fois aux USA en 1969. Le mouvement hippie et son slogan Peace and Love fleurit joyeusement dans les universités, mais son influence est désastreuse sur une jeunesse déclassée en rupture familiale et scolaire. Il n’y a qu’à voir la faune qui gravite autour de Charles Manson sur les collines de Los Angeles, beaucoup de jeunes filles en errance, aux mœurs débridées, qui se nourrissent des poubelles, sales et droguées…
Jusqu’à cette terrible nuit de massacre, celui de l’actrice Sharon Tate et de ses amis, perpétré dans une transe furieuse et vengeresse par trois jeunes femmes et un jeune homme... Simon Liberati nous expose un récit glaçant et précis de ces « filles perdues » immatures, délirantes, totalement sous l’emprise du dangereux psychopathe démoniste Charles Manson.


Lionelle F. Je tu lis, on en parle

0 commentaires

mer.

15

févr.

2017

En attendant Bojangles

Roman de Olivier Bourdeaut

Premier roman d'Olivier Bourdeaut, En attendant Bojangles met en scène une famille totalement déjantée : la mère, grande originale au bord de la folie, le père amoureux dingue de sa femme et leur fils ébloui par les divagations et extravagances de ses parents. Il ne faut pas oublier mademoiselle superfétatoire, le grand oiseau exotique. Les parents dansent nuit et jour, jettent toutes les lettres qu'ils reçoivent sans les ouvrir, dans un coin de l'appartement. Mais l'état de la mère s'aggrave et les diagnostics se précisent...
Entre les joies et les tristesses, jusqu'où cette famille peut-elle aller ?

 

Anne W. Je tu lis, on en parle

0 commentaires

mer.

15

févr.

2017

D'après une histoire vraie

Roman de Delphine de Vigan

D’après une histoire vraie nous raconte l’histoire de Delphine, écrivain en mal d’inspiration. Après la publication de son dernier livre (Rien ne s’oppose à la nuit) qui fut un grand succès, l’écriture devient difficile. Alors qu’elle est face à cette difficulté, elle poursuit sa vie, sort et fait la rencontre d’une autre femme : L. L. est écrivain (ou plutôt nègre) et possède ses propres failles, de par son histoire personnelle. Elle s’insinue doucement, insidieusement dans la vie de Delphine jusqu’à vouloir l’incarner. C’est le récit d’une relation particulière, curieuse, puissante mais également nocive et délétère entre deux femmes : l’une, faible, en proie à son malaise (l’impossibilité d’écrire à nouveau) et l’autre, perverse, saisissant cet instant de faiblesse. Au-delà de cette histoire c’est également une profonde réflexion sur l’écriture, comme divertissement, comme introspection et sur sa difficulté de continuer après son roman précèdent, si personnel. De Vigan maîtrise son roman à la perfection, mêlant avec virtuosité le réelle au fictif, manipulant le lecteur jusqu’aux dernières pages.

 

Olivier C. Je tu lis, on en parle

0 commentaires

mer.

15

févr.

2017

Miniaturiste

Roman de Jessie Burton

Nella a 18 ans lorsqu'elle arrive à Amsterdam chez son mari Johannes, 39ans, riche marchand très en vue. Les calvinistes font régner la peur en cette année 1686. Johannes offre à Nella une maison de poupée à l'image de leur immense demeure. Dans cette demeure, il y a deux serviteurs et sa belle-sœur pétrie de religion. Nella entre en contact avec une miniaturiste qui lui livre des petits objets pour meubler sa maison de poupée, ses objets lui arrivent sans qu'elle ait besoin de les demander. Nella peu à peu découvrira les secrets de son mari et de sa belle-soeur. Une histoire mystérieuse, des personnages attachants, une époque sombre, tout est réuni pour faire de ce récit un bon livre et passer de très bons moments.


Marie-Claire B. Je tu lis, on en parle

0 commentaires

mer.

09

nov.

2016

Il  reste la poussière

Roman de Sandrine Collette

Dans une estancia perdue au fond de la Patagonie vit une famille unie par la haine : la mère et ses quatre fils, les jumeaux, le débile et le petit (Rafaël). La violence est omniprésente. Le manque d'argent, malgré un travail harassant détruit chacun... Rafaël s'obstine, s'occupant des moutons, des chevaux et des chiens. Mais que peut-il rester si ce n'est la poussière ? Chaque page du nouveau roman de Sandrine Collette nous déstabilise et nous tient en alerte.

 

Anne W. Je tu lis, on en parle

0 commentaires

mer.

09

nov.

2016

La voix de ma mère

Roman de Bruno Racine

Un récit- hommage de l'écrivain [directeur de la Bibliothèque Nationale] à sa mère vingt-cinq ans après son décès. Il s’aperçoit un jour qu’il n’arrive plus à décrire la couleur des yeux de sa mère, ni sa voix. Pourtant elle avait un accent, étant née aux États-Unis dans une famille russe d’origine juive. «Il m’a fallu attendre vingt-cinq ans après sa mort pour que surgisse en moi cette interrogation : quelle était la voix de ma mère?» Un fils recherche sa mère à travers des souvenirs en fuite. Récit émouvant, charmant, couvrant une vie entière en peu de pages, ramassées et lumineuses. Dans un style proche de celui des grands classiques, cet ouvrage est écrit avec délicatesse et sans épanchement.

 

Patricia L. Je tu lis, on en parle

0 commentaires

mer.

09

nov.

2016

Tous les vivants : le crime de Quiet Dell

Roman de Jayne Anne Phillips

« Tous les vivants » appartient au registre du roman « vrai ». Son auteure, Jayne Anne Phillips s'est inspirée d'une célèbre affaire criminelle, celle du serial killer Harry Powers qui sévit aux USA dans les années 30.

Asta Eicher, une veuve qui vit avec ses 3 enfants dans une coquette maison, veut sauver sa famille du déclassement social, elle fait appel aux petites annonces matrimoniales. L'heureux élu est le très convenable et très rassurant M. Pierson. Mais qui est vraiment cet homme providentiel ?

Nous plongeons dans ce récit épique sur les traces de ce criminel retors et de ses malheureuses victimes. Il y a dans cette histoire de l'onirisme et de l'effroi, du bruit et de la fureur, de l'obscurité et de la lumière, comme dans l'extraordinaire film de Charles Laughton « La nuit du chasseur » où Robert Mitchum était un maléfique avatar d'Harry Powers. On y rencontre aussi des personnages fictifs et d'autres bien réels, des vivants et des morts, des photos de l'enquête et même le fantôme bienveillant de la petite Annabelle, la fille d'Astan qui sert de fil conducteur à ce roman fascinant.

 

Lionelle F. Je tu lis, on en parle

0 commentaires

mer.

09

nov.

2016

Eh bien dansons maintenant !

Roman de Karine Lambert

Elle a 78 ans, il a 72 ans, deux veufs se rencontrent. L'un aime diriger mais n'a pas su préserver sa femme d'un accident, l'autre a vécu dans l'ombre de sa sœur, puis de son mari.

Tous deux vont essayer de marcher ensemble vers une nouvelles vie. "Eh bien dansons maintenant!" est un roman gai et sensible sur l'approche de la vieillesse.

 

Anne W. Je tu lis, on en parle

0 commentaires

mer.

09

nov.

2016

Bubelé l’enfant à l’ombre

Roman de Adolphe Nysenholc

Circonstances dramatiques qui amènent les parents de Bubelé, leur jeune fils de 3 ans, au placement dans une famille chrétienne d'ouvriers de la banlieue rurale flamande, à l'abri des nazis et des rafles de juifs. L'enfant sait qu'on le cache, comprend qu'il est différent et se demande pourquoi. Le lecteur peut deviner l'horreur de la Shoah comme une sorte de décor dans lequel se ressentent les angoisses de cette enfance. Récit autobiographique, roman de la peur mais aussi quête d'identité, Adolphe Nysenholc a écrit ce texte de 160 pages durant 17 ans.

Dans un premier temps avec des yeux d'adultes, puis l'a modifié afin que le narrateur soit l'enfant qu'il a été, faisant ainsi revivre ses disparus. Dans un style concis et sans pathos, cet ouvrage révèle l'histoire cachée de nos manuels d'histoire. Humour, tendresse, pleurs et sentiments, grande sensibilité teintés d' une certaine approche de la résilience.

 

Patricia L. Je tu lis, on en parle

0 commentaires

mar.

06

sept.

2016

Sapiens

Yuval Noah Harari

Ce livre, que dis-je, ce pavé de 500 pages, est remarquable. Il nous parle de l'humanité dans sa globalité depuis l'âge de pierre jusqu'à l'ère du numérique. L'histoire de l'homme, des hommes, nous est racontée à travers toutes les révolutions menées : celle de la communication entre les êtres dans un premier temps, de l'agriculture et enfin de la science. Ça fourmille d'anecdotes sur l'histoire, drôles, curieuses, toujours intéressantes, comme celle de l'homme-lion, symbole de l'industrie Peugeot.
L'auteur, érudit, nous raconte les éléments fondamentaux tels que l'unification de l'humanité par les conquêtes, les impérialismes et enfin de la mondialisation qui est entrée au détriment des nationalismes.  Il nous interroge sur le bonheur et la souffrance des individus malgré les progrès du dernier siècle. Avec les succès de la génétique, Sapiens dépasse aujourd'hui toutes les limites connues mais il en est d'autres encore à découvrir. "Alors, que voulons-nous devenir"? dit-il. L'homme court à sa destruction, à force de se créer des mondes imaginaires ou bien Sapiens créera-t-il dans les années à venir un autre Sapiens ? Ce livre est tout simplement éblouissant.

 


Didier R. 

0 commentaires

mar.

06

sept.

2016

Tout dort paisiblement sauf l'amour

Roman de Claude Pujade- Renaud

Combler les trous, broder dans les interstices laissés par les biographies factuelles, voilà ce que nous propose Claude Pujade–Renaud avec son dernier livre : « Tout dort paisiblement sauf l’amour », son sujet en est : le philosophe Soren Kierkegaard. Cette conteuse émérite choisit de donner vie au penseur danois et à son entourage à travers la petite histoire, sa trame reste romanesque même si les personnages rencontrés ont tous existés. Régine, la fiancée délaissée, son mari Fréderic, gouverneur des Antilles danoises, Soren Kierkegaard le séducteur philosophe, et des membres de sa famille, s’expriment tour à tour de façon chorale. La tapisserie du récit se construit aux petits points avec chacun de ces petits fils de vie entremêlés. Pourquoi Kierkegaard a-t-il rompu ses fiançailles avec la jeune Régine qu’il aimait, quel tourment intime, quel secret familial, quelle inaptitude au bonheur composent aussi la face sombre de ce philosophe précurseur de l’existentialisme ? 
Certes les plus aguerris se lanceront directement dans la lecture des écrits de Kierkegaard, c’est un peu escalader la face Nord de l’Eiger, mais pour ceux que l’âpreté du récit philosophique rebutent, le roman de l’écrivaine Claude Pujade-Renaud est parfait, car nourri des journaux et de la correspondance des protagonistes, il explore avec virtuosité le vrai et le vraisemblable sans jamais nous ennuyer. 

 


Lionelle F. Je, tu lis, on en parle

0 commentaires

mar.

06

sept.

2016

Je me souviens de l'imperméable rouge que je portais l'été de mes 20 ans

Roman Lydia Flem

 

 

 

 

Au travers de ses vêtements, ses souvenirs graves ou frivoles. A la manière des«  Je me souviens » de Georges Perec dans les années 1970 qui les avait déjà empruntés à l’artiste américain Joe Brainard.
Un petit bijou pour les natifs des années 50/60.

 


Patricia L. Je, tu lis, on en parle 

0 commentaires

mar.

06

sept.

2016

Ecolonomie

Documentaire de Emmanuel DRUON

Dur et sans pitié, le monde de l'entreprise, à en croire certains ? Ce petit livre rose vous prouve le contraire ! Tout est dans le sous-titre : Entreprendre sans détruire. Loin d'un retour à on ne sait quel âge d'or passé, Emmanuel Druon nous invite à avancer. Comme tout chef d'entreprise qui se respecte, son souhait est de faire fructifier son entreprise. Mais, « nous sommes trop pauvres pour ne pas faire le choix de la meilleure qualité ». Alors, Emmanuel et son équipe réfléchissent, innovent, cherchent et trouvent des solutions durables épatantes qui vous donnent envie d'acheter leurs produits, de les aider, et peut-être même... de postuler chez Pocheco ! De l'économie intelligente qui de plus se lit facilement, un bonheur ! 

 


F. Barret

0 commentaires

mar.

06

sept.

2016

Comédie française,  ça a débuté comme ça…

Roman de Fabrice Luchini

On parle d'une autobiographie car il faut faire rentrer ce livre dans une case.  En réalité,  l'auteur nous livre des anecdotes sur son parcours et partage avec son lecteur sa passion pour "les grands auteur" : La Fontaine, Rimbaud, Céline...  On entend la voix de Luchini : il nous  donne envie de  redécouvrir les  textes et il nous en propose une lecture efficace . Il nous fait entendre la musicalité du texte qui en fait sa richesse. Un bon moment de lecture placé sous le signe du partage .

 


Thomas D. Je, tu lis, on en parle

0 commentaires