mer.

05

juil.

2017

Ahlam

Roman de Marc Trévidic

En Tunisie, un peintre français débarque pour oublier un chagrin d'amour. Il rencontre un pêcheur et initie ses deux enfants à l'art : la peinture pour Josam et le piano pour Ahlam. La trame de l'histoire ressemble à celle d'un roman policier. Le régime autoritaire et corrompu de Ben Ali est dénoncé, et en même temps, le fantasme islamiste s'installe. L'auteur s'appuie sur une connaissance précise des mécanismes d'embrigadement. Les projets terribles des salafistes, leur loi fanatique sont effrayants et glaçants. Un affrontement impitoyable entre le frère et la sœur s'engage. La vie vaclle sous les yeux du vieux pêcheur dont le monde ancien disparaît.

 

Francis N., Je tu lis, on en parle

 

mer.

05

juil.

2017

Pedigree

Roman de Georges Simenon

Ce roman raconte la naissance et la vie tranquille du petit Roger auprès d'un papa agent d'assurance et d'une maman attentionnée, ambitieuse qui veut se sortir de sa condition. Roger est en fait Georges SIimenon lui même. Différents personnages du premier roman intentèrent plusieurs procès  à Simenon qui ne trouva que cette solution pour raconter sa vie, la raconter sous forme de roman.

Un beau livre, une écriture différente des policiers.

 

Marie-Claire B., Je tu lis, on en parle

mer.

05

juil.

2017

Giboulées de soleil

Roman de Lenka Hornakova-Civade

L’action se situe dans un petit village de Moravie. A travers la vie de 3 générations de femmes, fières et libres, courageuses et intelligentes, toutes les trois nées de père inconnu, et l’assumant, on suit l’Histoire de la Tchécoslovaquie, de l’annexion par les nazis à la fin de l’hégémonie soviétique, en passant par l’instauration du collectivisme. C’est un très beau roman, une écriture fluide et riche, une histoire passionnante. Je me suis régalée !

 

Marie-Paule V., Je tu lis, on en parle

mer.

05

juil.

2017

Vera Kaplan

Roman de Laurent Sagalovitsch

« Si vous aviez vécu en temps de guerre, et si votre vie et celle des vôtres était menacée, comment auriez-vous agi?»

L’histoire de Vera Kaplan, c’est celle véridique de Stella Goldsclag, une jeune juive berlinoise qui, pour sauver ses parents de la mort, collabore avec les nazis en dénonçant d’autres juifs. L'auteur s'empare sans complaisance du destin et du portrait d'une victime devenue monstre, chez qui la pulsion de vie s'est montrée plus forte que la conscience. 

 

Patricia L., Je tu lis, on en parle 

mer.

15

févr.

2017

Dodgers

Roman de Bill Beverly

East, 15 ans, est chef des guetteurs devant une maison où l'on vend et consomme de la drogue. Un jour les flics débarquent et East qui n'a rien vu venir doit se racheter auprès de son chef. Celui-ci le charge d'aller tuer un juge, témoin compromettant. Entouré de son frère Ty 12 ans, gamin complètement fêlé, d'un pseudo étudiant et d'un petit gros futé, East part à l'aventure. Rien ne va se passer comme prévu. Après bien des péripéties, East se retrouve seul, ce qui va lui permettre de faire le point sur son avenir et peut être changer? Un roman touchant que cette histoire d'enfants malmenés par la vie.


Marie-Claire B. Je tu lis, on en parle

0 commentaires

mer.

15

févr.

2017

California girls

Roman de Simon Liberati

Dans la plupart de ses livres, Simon Liberati s’intéresse aux cabossés de la vie et avec le récit de « California Girls » c’est- sans concession qu’il nous dévoile les comportements déviants d’une jeunesse égarée. Après « Jayne Mansfield 1967 » qui dénonçait le star-system hollywoodien, il nous entraine encore une fois aux USA en 1969. Le mouvement hippie et son slogan Peace and Love fleurit joyeusement dans les universités, mais son influence est désastreuse sur une jeunesse déclassée en rupture familiale et scolaire. Il n’y a qu’à voir la faune qui gravite autour de Charles Manson sur les collines de Los Angeles, beaucoup de jeunes filles en errance, aux mœurs débridées, qui se nourrissent des poubelles, sales et droguées…
Jusqu’à cette terrible nuit de massacre, celui de l’actrice Sharon Tate et de ses amis, perpétré dans une transe furieuse et vengeresse par trois jeunes femmes et un jeune homme... Simon Liberati nous expose un récit glaçant et précis de ces « filles perdues » immatures, délirantes, totalement sous l’emprise du dangereux psychopathe démoniste Charles Manson.


Lionelle F. Je tu lis, on en parle

0 commentaires

mer.

15

févr.

2017

En attendant Bojangles

Roman de Olivier Bourdeaut

Premier roman d'Olivier Bourdeaut, En attendant Bojangles met en scène une famille totalement déjantée : la mère, grande originale au bord de la folie, le père amoureux dingue de sa femme et leur fils ébloui par les divagations et extravagances de ses parents. Il ne faut pas oublier mademoiselle superfétatoire, le grand oiseau exotique. Les parents dansent nuit et jour, jettent toutes les lettres qu'ils reçoivent sans les ouvrir, dans un coin de l'appartement. Mais l'état de la mère s'aggrave et les diagnostics se précisent...
Entre les joies et les tristesses, jusqu'où cette famille peut-elle aller ?

 

Anne W. Je tu lis, on en parle

0 commentaires

mer.

15

févr.

2017

D'après une histoire vraie

Roman de Delphine de Vigan

D’après une histoire vraie nous raconte l’histoire de Delphine, écrivain en mal d’inspiration. Après la publication de son dernier livre (Rien ne s’oppose à la nuit) qui fut un grand succès, l’écriture devient difficile. Alors qu’elle est face à cette difficulté, elle poursuit sa vie, sort et fait la rencontre d’une autre femme : L. L. est écrivain (ou plutôt nègre) et possède ses propres failles, de par son histoire personnelle. Elle s’insinue doucement, insidieusement dans la vie de Delphine jusqu’à vouloir l’incarner. C’est le récit d’une relation particulière, curieuse, puissante mais également nocive et délétère entre deux femmes : l’une, faible, en proie à son malaise (l’impossibilité d’écrire à nouveau) et l’autre, perverse, saisissant cet instant de faiblesse. Au-delà de cette histoire c’est également une profonde réflexion sur l’écriture, comme divertissement, comme introspection et sur sa difficulté de continuer après son roman précèdent, si personnel. De Vigan maîtrise son roman à la perfection, mêlant avec virtuosité le réelle au fictif, manipulant le lecteur jusqu’aux dernières pages.

 

Olivier C. Je tu lis, on en parle

0 commentaires

mer.

15

févr.

2017

Miniaturiste

Roman de Jessie Burton

Nella a 18 ans lorsqu'elle arrive à Amsterdam chez son mari Johannes, 39ans, riche marchand très en vue. Les calvinistes font régner la peur en cette année 1686. Johannes offre à Nella une maison de poupée à l'image de leur immense demeure. Dans cette demeure, il y a deux serviteurs et sa belle-sœur pétrie de religion. Nella entre en contact avec une miniaturiste qui lui livre des petits objets pour meubler sa maison de poupée, ses objets lui arrivent sans qu'elle ait besoin de les demander. Nella peu à peu découvrira les secrets de son mari et de sa belle-soeur. Une histoire mystérieuse, des personnages attachants, une époque sombre, tout est réuni pour faire de ce récit un bon livre et passer de très bons moments.


Marie-Claire B. Je tu lis, on en parle

0 commentaires

mer.

09

nov.

2016

Il  reste la poussière

Roman de Sandrine Collette

Dans une estancia perdue au fond de la Patagonie vit une famille unie par la haine : la mère et ses quatre fils, les jumeaux, le débile et le petit (Rafaël). La violence est omniprésente. Le manque d'argent, malgré un travail harassant détruit chacun... Rafaël s'obstine, s'occupant des moutons, des chevaux et des chiens. Mais que peut-il rester si ce n'est la poussière ? Chaque page du nouveau roman de Sandrine Collette nous déstabilise et nous tient en alerte.

 

Anne W. Je tu lis, on en parle

0 commentaires

mer.

09

nov.

2016

La voix de ma mère

Roman de Bruno Racine

Un récit- hommage de l'écrivain [directeur de la Bibliothèque Nationale] à sa mère vingt-cinq ans après son décès. Il s’aperçoit un jour qu’il n’arrive plus à décrire la couleur des yeux de sa mère, ni sa voix. Pourtant elle avait un accent, étant née aux États-Unis dans une famille russe d’origine juive. «Il m’a fallu attendre vingt-cinq ans après sa mort pour que surgisse en moi cette interrogation : quelle était la voix de ma mère?» Un fils recherche sa mère à travers des souvenirs en fuite. Récit émouvant, charmant, couvrant une vie entière en peu de pages, ramassées et lumineuses. Dans un style proche de celui des grands classiques, cet ouvrage est écrit avec délicatesse et sans épanchement.

 

Patricia L. Je tu lis, on en parle

0 commentaires

mer.

09

nov.

2016

Tous les vivants : le crime de Quiet Dell

Roman de Jayne Anne Phillips

« Tous les vivants » appartient au registre du roman « vrai ». Son auteure, Jayne Anne Phillips s'est inspirée d'une célèbre affaire criminelle, celle du serial killer Harry Powers qui sévit aux USA dans les années 30.

Asta Eicher, une veuve qui vit avec ses 3 enfants dans une coquette maison, veut sauver sa famille du déclassement social, elle fait appel aux petites annonces matrimoniales. L'heureux élu est le très convenable et très rassurant M. Pierson. Mais qui est vraiment cet homme providentiel ?

Nous plongeons dans ce récit épique sur les traces de ce criminel retors et de ses malheureuses victimes. Il y a dans cette histoire de l'onirisme et de l'effroi, du bruit et de la fureur, de l'obscurité et de la lumière, comme dans l'extraordinaire film de Charles Laughton « La nuit du chasseur » où Robert Mitchum était un maléfique avatar d'Harry Powers. On y rencontre aussi des personnages fictifs et d'autres bien réels, des vivants et des morts, des photos de l'enquête et même le fantôme bienveillant de la petite Annabelle, la fille d'Astan qui sert de fil conducteur à ce roman fascinant.

 

Lionelle F. Je tu lis, on en parle

0 commentaires

mer.

09

nov.

2016

Eh bien dansons maintenant !

Roman de Karine Lambert

Elle a 78 ans, il a 72 ans, deux veufs se rencontrent. L'un aime diriger mais n'a pas su préserver sa femme d'un accident, l'autre a vécu dans l'ombre de sa sœur, puis de son mari.

Tous deux vont essayer de marcher ensemble vers une nouvelles vie. "Eh bien dansons maintenant!" est un roman gai et sensible sur l'approche de la vieillesse.

 

Anne W. Je tu lis, on en parle

0 commentaires

mer.

09

nov.

2016

Bubelé l’enfant à l’ombre

Roman de Adolphe Nysenholc

Circonstances dramatiques qui amènent les parents de Bubelé, leur jeune fils de 3 ans, au placement dans une famille chrétienne d'ouvriers de la banlieue rurale flamande, à l'abri des nazis et des rafles de juifs. L'enfant sait qu'on le cache, comprend qu'il est différent et se demande pourquoi. Le lecteur peut deviner l'horreur de la Shoah comme une sorte de décor dans lequel se ressentent les angoisses de cette enfance. Récit autobiographique, roman de la peur mais aussi quête d'identité, Adolphe Nysenholc a écrit ce texte de 160 pages durant 17 ans.

Dans un premier temps avec des yeux d'adultes, puis l'a modifié afin que le narrateur soit l'enfant qu'il a été, faisant ainsi revivre ses disparus. Dans un style concis et sans pathos, cet ouvrage révèle l'histoire cachée de nos manuels d'histoire. Humour, tendresse, pleurs et sentiments, grande sensibilité teintés d' une certaine approche de la résilience.

 

Patricia L. Je tu lis, on en parle

0 commentaires

mar.

06

sept.

2016

Tout dort paisiblement sauf l'amour

Roman de Claude Pujade- Renaud

Combler les trous, broder dans les interstices laissés par les biographies factuelles, voilà ce que nous propose Claude Pujade–Renaud avec son dernier livre : « Tout dort paisiblement sauf l’amour », son sujet en est : le philosophe Soren Kierkegaard. Cette conteuse émérite choisit de donner vie au penseur danois et à son entourage à travers la petite histoire, sa trame reste romanesque même si les personnages rencontrés ont tous existés. Régine, la fiancée délaissée, son mari Fréderic, gouverneur des Antilles danoises, Soren Kierkegaard le séducteur philosophe, et des membres de sa famille, s’expriment tour à tour de façon chorale. La tapisserie du récit se construit aux petits points avec chacun de ces petits fils de vie entremêlés. Pourquoi Kierkegaard a-t-il rompu ses fiançailles avec la jeune Régine qu’il aimait, quel tourment intime, quel secret familial, quelle inaptitude au bonheur composent aussi la face sombre de ce philosophe précurseur de l’existentialisme ? 
Certes les plus aguerris se lanceront directement dans la lecture des écrits de Kierkegaard, c’est un peu escalader la face Nord de l’Eiger, mais pour ceux que l’âpreté du récit philosophique rebutent, le roman de l’écrivaine Claude Pujade-Renaud est parfait, car nourri des journaux et de la correspondance des protagonistes, il explore avec virtuosité le vrai et le vraisemblable sans jamais nous ennuyer. 

 


Lionelle F. Je, tu lis, on en parle

0 commentaires

mar.

06

sept.

2016

Je me souviens de l'imperméable rouge que je portais l'été de mes 20 ans

Roman Lydia Flem

 

 

 

 

Au travers de ses vêtements, ses souvenirs graves ou frivoles. A la manière des«  Je me souviens » de Georges Perec dans les années 1970 qui les avait déjà empruntés à l’artiste américain Joe Brainard.
Un petit bijou pour les natifs des années 50/60.

 


Patricia L. Je, tu lis, on en parle 

0 commentaires

mar.

06

sept.

2016

Comédie française,  ça a débuté comme ça…

Roman de Fabrice Luchini

On parle d'une autobiographie car il faut faire rentrer ce livre dans une case.  En réalité,  l'auteur nous livre des anecdotes sur son parcours et partage avec son lecteur sa passion pour "les grands auteur" : La Fontaine, Rimbaud, Céline...  On entend la voix de Luchini : il nous  donne envie de  redécouvrir les  textes et il nous en propose une lecture efficace . Il nous fait entendre la musicalité du texte qui en fait sa richesse. Un bon moment de lecture placé sous le signe du partage .

 


Thomas D. Je, tu lis, on en parle

0 commentaires

mar.

14

juin

2016

Trois jours et une vie

Roman de Roman de Pierre Lemaître

Quelques jours avant Noël 1999, un chien et un jeune garçon meurent. Antoine n'a que douze ans, mais il est déjà responsable de la disparition de cet enfant. Comment vivre les années du reste de son existence avec une telle culpabilité ?

Pierre Lemaître, après "Au revoir, là-haut", s'écarte une nouvelle fois de la route des polars et décrit avec beaucoup de sensibilité des personnages ordinaires.

 

 

Anne W. Je, tu lis, on en parle

0 commentaires

mar.

14

juin

2016

Danser les ombres

Roman de Laurent Gaudé

L'action se passe dans les îles d'Haïti, une vie de contrastes, les quartiers pauvres d'un côté, la riche maison particulière de l'autre. Le récit commence par un drame, la mort de Nine, et l'engagement d'une des héroïnes, Lucine. Le lecteur est séduit par la force du récit pour traduire le tremblement de terre, ses conséquences à la fois matérielles et le comportement des gens. Des évocations du culte vaudou sont assez saisissantes.

"Les hommes et les femmes qui n'ont plus de parents, plus de maisons, qui s'en souviendra ? Ils s'arrêteront et mourront sans gémir. Ceux-là sont les ombres dont l'histoire est faite."

 

Francis N. Je, tu lis, on en parle

 

 

0 commentaires

mar.

14

juin

2016

Réparer les vivants

Roman de Maylis de Kérangal

C'est une histoire de cœur et tout va vite dans ce roman de transplantation. Une course contre le temps est lancée, il ne faut pas laisser de place au hasard. Plusieurs vies se croisent : l'un meurt, d'autres souffrent, une va survivre. Se mêlent aussi d'autres personnages : les aidants, les soignants, les passants... Voilà une histoire passionnante et passionnée qui entraîne le lecteur dans une émotion sans cesse renouvelée.

 

 

Anne W. Je, tu lis, on en parle

0 commentaires

ven.

20

mai

2016

Le livre des Baltimore

Roman de Joël Dicker

Marcus Goldman, auteur de L'affaire Harry Quebert, nous raconte sa jeunesse. Dans la famille Goldman il y a deux branches distinctes: les Goldman de Baltimore et les Goldman de Montclair, dont Marcus fait partie. Les choix de vie les ont menes sur des chemins differents.

Les Goldman de Montclair sont de classe moyenne, alors que les Goldman de Baltimore est une famille qui, a réussi, vivant dans une maison luxueuse et Marcus leur voue une admiration sans borne. Au fil du roman Marcus dévoile sa jeunesse et sa fascination pour cette famille riche et accueillante. Les années passent et le vernis s'effrite, un jour, un drame vient tout bouleverser et Marcus part à la recherche du pourquoi de ce drame. Qu'est il arrivé aux Goldman de Baltimore ?

 

Marie-Claire B. Je, tu lis, on en parle...

0 commentaires

ven.

20

mai

2016

Mr Mercedes

Roman de Stephen King

Ce que j’aime, avec Stephen King, c’est qu’on ne sait jamais d’avance dans quoi on s’embarque, pas précisément du moins. Avouons que le résumé n’est pas très fourni mais c’est probablement cette concision qui m’a donné envie d’en savoir plus. Avec Mr Mercedes, Stephen King nous embarque dans une enquête haletante avec un début en fanfare : Alors qu’un salon pour l’emploi est organisé dans une ville où le taux de chômage est inquiétant, la file d’attente devant le lieu concerné ne cesse de s’agrandir et c’est ce moment que va choisir le meurtrier pour foncer dans la foule avec une voiture volée. Une année passe sans que l’on retrouve le coupable et l’inspecteur en charge de l’enquête prend sa retraite sans avoir pu résoudre l’affaire. Bill Hodges, l’inspecteur en question, dépité de n’avoir pu résoudre cette affaire, est surpris, le jour où il reçoit une lettre du « crèminel » (vous comprendrez vite le pourquoi de cette déformation).Mais alors qu’il pensait narguer l’inspecteur et le faire culpabiliser jusqu’à le pousser au suicide, il ne se doute pas qu’il a rallumé l’étincelle et que le désormais « Off Ret » fera tout pour le retrouver. Commence alors le jeu du chat et de la souris, les rôles s’inversant parfois (souvent). On est tenu en haleine jusqu’aux dernières pages (la toute dernière même, mais comment vous en parler sans en dire trop ?). L’originalité du roman tient dans le fait que, dès les premiers chapitres, on connait le coupable et c’est d’autant plus prenant, de voir la proximité entre les deux protagonistes, sans que ne s’éveillent les moindres soupçons. Ne perdez plus une seconde, lisez-le !

 

Olivier C. Je, tu lis, on en parle...

0 commentaires

jeu.

03

mars

2016

A toi

Roman de Claudia Pineiro

L’argument est banal : l’histoire d’une femme trompée. Mais Inès, femme au foyer, mariée depuis vingt ans à Ernesto, est une femme perspicace et intelligente, qui a beaucoup lu de romans et vus de série policières… Si perspicace et intelligente qu’elle va vouloir aider ce pauvre Ernesto, emberlificoté dans cette relation ! Et pendant ce temps sa fille se démène dans des soucis d’adolescente que sa mère parfaite ignore totalement. Et l’amour, dans tout ça ?

Un roman drôle, cynique, une lecture vengeance de ces femmes exemplaires qui nous énervent…et que nous ne sommes pas, bien sûr !

 

Frédérique B.

0 commentaires

jeu.

03

mars

2016

L'autre

Roman de Sylvie Le Bihan

Ce roman peut apparaître comme un thriller, tenant en haleine son lecteur ; il y a de cela en effet mais c’est aussi l’histoire d’une emprise aux effets néfastes et dévastateurs. Tout au long de ces pages un sentiment de révolte enfle, on a envie de crier, de dire stop ! Tout en se sentant impuissant. On remarque que l’auteur utilise le « tu » pour faire parler son héroïne, comme un observateur extérieur aurait pu le faire (ou bien est ce sa conscience ?). Le nom du mari, n’est jamais dévoilé "l’autre", sauf à la toute dernière ligne du roman…

Comme un soulagement. Un livre glaçant …et secouant. Des pages fortes à ne pas oublier

 

Annie F.     Je, tu lis, on en parle...

0 commentaires

jeu.

26

nov.

2015

L'humanité disparaîtra, bon débarras !

Essai de Yves Paccalet, nouvelle éd. 2013

Cet essai est indispensable à ceux qui s'intéressent au sort de l'humanité. L'homme, cet animal à deux pattes mais sans plumes, n'est pas aussi sage que cela. Il s'est approprié les ressources de la Terre ; il la pille, la saccage. La pollution, les conflits sont les affaires de l'homme. Quelle trace allons­ nous laisser à la fin du 21ème siècle ?


Les dernières pages, sur notre existence, sont remarquables !

Didier R.

0 commentaires

jeu.

26

nov.

2015

Le Dîner de Londres

Roman de Jean Piat

 

Un homme et une femme se rencontrent à Budapest lors de l'insurrection de 1956. Ils sont séparés, se retrouvent et se quittent en 1963. Chacun mène sa vie avec plus ou moins de réussite, sinon de bonheur, jusqu'à ce qu'ils se retrouvent à Londres à l'automne 1988.

 

Ecriture simple et fluide. Le point de vue féminin est privilégié surtout pour l'expression des sentiments qui sont évoqués sans tomber dans la nostalgie ou le fatalisme.

 

Un beau roman intimiste sur fond d'histoire.

 

Maryvonne L.

0 commentaires

mar.

17

nov.

2015

Mirage

Roman de Douglas Kennedy, 2015

Robyn et Paul forment un couple improbable. Elle, experte en finances, lui, artiste imprévisible, dépensier et insouciant. Pourtant, tous deux sont d’accord pour avoir ensemble un enfant. Quand Paul propose un voyage au Maroc, Robyn y voit l’occasion de ressouder son couple et de faire cet enfant qu’elle désire tant.

Le Maroc, l’océan, la lumière, la chaleur, redonne à Paul un élan artistique qu’il ne connaissait plus. Mais Robyn découvre un terrible secret. Elle est furieuse, se sent trahie, mais Paul disparaît. Elle décide de partir à sa recherche dans un périple qui va la mener aux portes du désert et au bout d’elle-même. ..

Elle va vivre des aventures palpitantes, que vous suivrez sans reprendre votre souffle !

Marie-Paule Verchain     Je Tu Lis On En Parle

0 commentaires

mar.

17

nov.

2015

Toute la lumière que nous ne pouvons voir

Roman de Anthony Doerr, 2015

Quand la Seconde Guerre mondiale éclate, Marie-Laure, une jeune aveugle qui « sent » les choses qu’elle ne voit pas, quitte Paris pour se réfugier avec son père à Saint Malo.

En Allemagne, Werner, un orphelin, génie des transmissions électromagnétiques, est embrigadé par la Wehrmacht. Ses talents seront utilisés pour traquer les résistants.

Les destins de ces deux personnages s’entrecroisent dans un récit bouleversant, haletant, passionnant d’un bout à l’autre. La guerre va bouleverser leur existence, mais ce roman est aussi une réflexion sur le destin, sur nos choix, sur le courage.

C’est un livre qui vous habitera longtemps !

Marie-Paule Verchain     Je Tu Lis On En Parle

0 commentaires

mar.

17

nov.

2015

Soudain, seuls

Roman de Isabelle Autissier, 2015

Ludovic et Louise ont tout quitté pour une année de rêve : ils font le tour du monde sur leur voilier. Il fait beau, ils font une escale dans une île déserte perdue entre le Cap Horn et la Patagonie. Mais à une vitesse hallucinante, le temps change, la tempête se lève. Le bateau rompt ses amarres. Les voilà soudain seuls sur une île habitée par des manchots et des otaries. Sans oublier les rats !… Le rêve s’est transformé en cauchemar. Comment survivre ? Comment supporter l’autre quand on doit lutter contre la faim, le désespoir, l’épuisement ? Comment revenir à la vie d’avant ?

Le personnage de Louise est bouleversant. Elle n’est pas Robinson Crusoë ! Elle a ses zones d’ombre et ses interrogations. Elle nous oblige à nous mettre à sa place et à chercher nos réponses... Qu’on la déteste ou qu’on l'admire, elle ne peut pas vous laisser indifférent !



Marie-Paule Verchain     Je Tu Lis On En Parle



0 commentaires

jeu.

20

août

2015

Villa avec piscine

Roman de Herman Koch 

Dans la lignée du Dîner, Herman Koch nous livre un second roman non pas aussi bon mais bien meilleur ! Le thème rappelle le livre précédent, il y aborde la question de l'amour parent-enfant, plus particulièrement : jusqu'où sommes nous prêt à aller pour nos enfants ? Cependant, une autre question, plus sombre celle là, se pose. Impossible d'en dire plus sans trop en dire !

Un ton toujours aussi mordant (le médecin désabusé, quel personnage !), une histoire à suspens et une fin surprenante. Que demander de plus ?


Olivier Catelin Je Tu Lis On En Parle

 

0 commentaires

jeu.

20

août

2015

Le cas Eduard Einstein

Roman de Laurent Seksik

Basé sur la réalité, ce roman nous plonge dans la vie d'Eduard Einstein atteint de schizophrénie. La mère, le père et le fils prennent la parole tour à tour afin d'exposer leur vision de leur fils et de ses problèmes. On est surpris par l'étrange lucidité des propos d'Eduard, entrecoupés d'incohérences. On est ému face à la mère, Mileva, qui perd un peu plus pied à chaque instant et on ne sait que ressentir face à l'attitude du père.

C'est prenant, très émouvant et extrêmement bien écrit. L'auteur parvient à nous faire entrer dans la tête de chacun des personnages, c'est criant de réalisme.

 

Olivier Catelin Je Tu Lis On En Parle

0 commentaires

sam.

04

juil.

2015

Pereira prétend

Roman de Antonio Tabucchi

Antonio Tabucchi (1943-2012), un des écrivains italiens majeurs du XXesiècle. Professeur de portugais, traducteur du grand poète Pessoa.

Avec Pereira prétend (Sostiene Pereira), Tabucchi nous plonge dans le Portugal en 1938 sous le régime dictatorial de Salazar. Pereira, la quarantaine, obèse, cardiaque, veuf (il parle régulièrement au portrait de sa défunte épouse dans son entrée) est un médiocre journaliste qui alimente les pages littéraires d'un quotidien du soir (avec une prédilection pour les auteurs français), sans idées ou positions critiques.

Il engage un jeune chroniqueur pour écrire des nécrologies anticipées (!) et laudatrices d'écrivains encore en vie, pour ne pas être pris au dépourvu en cas de décès ! Mais ce jeune homme ne lui fournit que des contributions critiques sur des écrivains favorables au fascisme, contributions impubliables pour Pereira.

Vous suivrez avec intérêt l'évolution de ce personnage qui sous l'influence de son chroniqueur et de sa compagne révolutionnaire ouvrira les yeux, éveillera sa conscience sur la réalité du « salazarisme ».

Publié en 1994, l'opposition italienne brandira son livre lors des manifestations contre Berlusconi pendant la campagne pour les élections de 1995.


Eugène A.     Je Tu Lis On En Parle

0 commentaires

sam.

04

juil.

2015

Le voyant

Roman de de Jérôme Garcin

Jérôme Garcin nous retrace la vie de Jacques Lusseyran (1924-1971).

Aveugle dès l'age de 8 ans suite à un accident,il est malgré cela un élève brillant au collège Montaigne puis au lycée Louis-Legrand.

Dès 17 ans avec des camarades de classe, il organise le mouvement de résistance « les volontaires de la liberté  » en participant à la rédaction et à la diffusion de leur journal.

Arrêté en 1943, il est déporté à Buchenwald. Libéré en 1945, ne pouvant à cause de son handicap enseigner en France, il deviendra professeur en Grèce, puis aux USA et à l'université d'Hawaï.

Il meurt accidentellement en 1971 à l'âge de 47 ans. C'est le portrait passionnant d'un résistant écrivain injustement oublié par l'histoire française.

Un titre à lire « Et la lumière fut »


Eugène A.     Je Tu Lis On En Parle

0 commentaires

mer.

01

juil.

2015

Le bruit des choses qui tombent

Roman de Juan Gabriel Marquez

Juan Gabriel Marquez est colombien; il vit actuellement à Barcelone. Romancier, il a reçu plusieurs prix.


L’histoire débute à Bogota; Antonio, une petite quarantaine, professeur; il a été gravement blessé lors de l’assassinat de son nouvel ami Laverde. Il reste marqué, profondément perturbé autant physiquement que psychiquement, corps et âme en souffrance. Autour de lui, son monde se délite. Il va mener l’enquête pour savoir qui était vraiment Laverde, rencontrer sa fille Maya, s’enfoncer dans les zones sombres de l’histoire colombienne. Une exploration du passé pour accepter le présent dans un pays marqué par la violence aveugle. Une quête pour comprendre comment l’individu reste porteur malgré lui des traumatismes de l’Histoire. Juan Gabriel Marquez écrit un récit vif et alerte pour décrire la société colombienne et les séquelles irrémédiables des années terribles. Un très beau livre sur le comment penser les plaies, une bouffée d’espoir avec une hypothétique guérison.


Marie-Agnès Legrand          Je tu Lis On En Parle

0 commentaires

mer.

27

mai

2015

L'ours est un écrivain comme les autres

Roman de William Kotzwinkle

"L’ours aimait se rouler les pattes en l’air dans les prairies. Il mangeait les ordures quand il y en avait et fouillait allègrement les poubelles pour y trouver des emballages de pizzas souillés de fromage fondu, et autres mets délicats. Son estomac guidait son existence et une fois par an, aux premiers signes de l’été, il s’offrait un accouplement d’une qualité exceptionnelle. Il abordait les manières de la forêt avec sagesse et celles des hommes avec roublardise ; lorsqu’il avait forcé la fenêtre du restaurant, on lisait dans ses yeux perçants une extrême concentration, qui n’était pas sans rappeler le regard d’Arthur Bramhall devant sa machine à écrire.


Alors que Bramhall s’éloignait en voiture pour acheter du champagne, l’ours traversa le champ et se glissa sous les branches du conifère. Il s’approcha prudemment de la mallette et la renifla. Pas de trace de tarte. Mais cela valait le coup d’insister. Saisissant la poignée entre ses crocs, il s’enfonça dans le sous-bois. Quand il se sentit en sécurité, il posa l’objet par terre et lui asséna plusieurs grands coups de patte. Les loquets sautèrent et la mallette s’ouvrit. Il renifla le manuscrit, déçu. De la nourriture pour les termites, songea-t-il, et il faisait déjà volte-face quand une ligne de la première page retint son attention au point qu’il se mit à lire un peu. Alors que sa pratique de la lecture se bornait aux étiquettes des bocaux de confitures et aux boîtes de vermicelles multicolores, quelque chose dans le manuscrit l’incita à poursuivre. « Tiens tiens, se dit-il, pas mal du tout. » Il y avait de nombreuses scènes d’accouplement et plusieurs scènes de pêche, dont il trouva les détails à la fois justes et évocateurs. « Ce livre a tout », conclut-il. Le replaçant dans la mallette, il coinça la poignée dans sa mâchoire et s’en fut vers la ville."


Un livre certifié par Terry Pratchett !

0 commentaires

ven.

27

mars

2015

L'invention des ailes

Roman de Sue Monk Kidd

En 1803 à Charleston en Caroline du sud, la vie deSarah Grimke, fille d'un juriste fortuné. Pour ses 11 ans ses parents lui, offrent une esclave Handfull
petite fille de son age. Ce roman nous raconte a deux voix la vie de ses deux enfants qui vont devenir des jeunes femmes droites, accomplies et pugnaces. Elles lutteront toutes les deux a leur niveau et quelquefois au peril de leur vie contre l'esclavage qu'elles haissent aussi bien l'une que l'autre .
Une histoire  basée sur la vie de SARAH ET ANGELINA GRIMKE deux soeurs pionieres dans la lutte contre l'esclavage.
Très beau livre.


Je Tu Lis On En Parle

0 commentaires

ven.

27

mars

2015

Et tu n'es pas revenu

Roman de Marceline Loridan Ivens

Marceline a 86 ans elle décide de prendre la plume pour ecrire a Schloime, son père  maintenant décédé.  Tous les deux , lui à Auschwitz elle, à Birkenau avaient été déportés, elle seule est revenue. Une longue lettre pour l'absent, celui qui n'est pas revenu. Témoigner,  se souvenir, rappeler sans cesse, puisqu'il est impossible d'oublier. Pas une phrase de trop dans ce texte au cordeau. Elle qui a survécu et a fini par retrouver une grande partie de sa famille: sa mère,  ses soeurs et son petit frère n'a plus jamais été en phase avec eux. Le lien qui l'unit à sa mère est tres différent de celui qu'elle avait avec son père.  Au sortir des camps sa mère ne veut pas en parler et fait mine de rien. Parole de paix , de vie malgré les horreurs, Marceline raconte, on ne parle jamais assez.
Pourtant a la question: ".Maintenant que la vie se termine, tu penses qu'on a bien fait de revenir des camps?"
Elles repond "j'espère que si la question m'est posée a mon tour avant que je m'en aille, je saurai dire oui, ça  valait le coup"
Paroles d'espoir donc.


Je Tu Lis On En Parle


0 commentaires

ven.

27

mars

2015

Les Nympheas Noirs

Roman de Michel Bussi

A Giverny, village de Claude Monet est decouvert non loin de l'etang aux nympheas le corps noyé d'un médecin ophtalmologiste. Trois femmes, deux inspecteurs de police et un chien sont au coeur de l'enquête.
Les couleurs s' harmonisent sauf pour le noir qui, selon Claude Monet, n'est pas une couleur. L'enquête n'aboutit pas malgré les événements qui, se superposent.....seuls restent des personnages forts attachants.


Anne W.     Je Tu Lis On En Parle

0 commentaires

mar.

10

mars

2015

La Parure

Roman de Guy De MAUPASSANT

 

Mathilde et Jacques Loisel un couple de petits bourgeois. Mathilde rêve d'une vie meilleure. Un jour elle reçoit une invitation pour assister à un bal avec son mari. Ce bal serait une évolution dans leur statut social. Elle emprunte une rivière de diamants a Madame Forestier. Ce bal, cette parure seront-ils suffisants pour changer de vie et la rendre meilleure? (Re)découvrez Guy de Maupassant à travers cette nouvelle.

 


 

Thomas DELPORTE Je Tu Lis On En Parle

 

0 commentaires

mar.

10

mars

2015

Bruges, La Morte

Roman de Georges RODENBACH

C'est l'histoire d'un retour. Rodenbach plonge le lecteur au cœur de Bruges la mystérieuse ou l'atmosphère est si spéciale. Hugues Viane, veuf, se retire à Bruges. Il garde sur lui, une tresse blonde de sa femme bien aimée. Un jour il rencontre Jane qui lui rappelle étrangement son épouse. Peut-il retrouver le bonheur? Une œuvre courte et captivante semblable à Guy de Maupassant.


Thomas DELPORTE Je Tu Lis On En Parle

0 commentaires

mar.

10

mars

2015

L 'emprise

Roman de Marc DUGAIN

Un favori à la présidence de la République, un directeur de multinationale, un directeur des RG Corse, un syndicaliste disparu après les meurtres de sa famille. Tout semble les rapprocher. Lorraine, agent des services secrets est chargée de faire le lien, de Paris en Irlande en passant par la Bretagne, y arrivera t-elle? Très bon policier.


Marie-Claire BEAUVAIS Je Tu Lis On En Parle

0 commentaires

mar.

10

mars

2015

La Décision

Roman de Britta BOHLER

3 jours dans la vie de Thomas Mann. En 1933, il part en Suisse avec sa famille pour quelques jours de vacances. Pendant ce temps les événements se précipitent en Allemagne avec la montée du nazisme. Que doit-il faire ? Rester en Suisse ? Repartir? Ses amis, sa famille le poussent à réagir, mais il pourrait perdre beaucoup. Avant son départ, il a confié une lettre à un journal avec ses réflexions sur le nazisme. Doit-il la faire publier ou non? A la fois un roman historique et une biographie de ce grand écrivain, à une époque clé de sa vie et de son engagement. Un premier livre bien écrit.


Marie-Claire BEAUVAIS Je Tu Lis On En Parle

0 commentaires

jeu.

29

janv.

2015

L’amour et les forêts

Roman d'Eric Reinhardt

Bénédicte Ombredanne a écrit à l’auteur, Eric Reinhardt, une lettre enthousiaste qu’il a beaucoup appréciée. Quand la jeune femme demande à le rencontrer, il accepte. Elle lui raconte alors comment son dernier livre a changé sa vie. Une vie d’échecs, de déchirures, de difficultés. Elégante, délicate, cultivée, mais fragile, elle continue à correspondre avec lui. Mais soudain, plus de nouvelles. Bénédicte est injoignable. Eric Reinhardt fait alors des recherches et retrouve sa sœur jumelle, qui lui apprend ce qu’il est advenu de Bénédicte, et lui révèle les pans cachés de son existence. 


L’écriture est belle, riche, fluide, les mots sont choisis avec soin, les personnages sont attachants. C’est un roman qui se lit facilement et vous habite longtemps…


Gallimard, 2014. 366 pages

M Paule V.   Je Tu Lis, On En Parle

0 commentaires

jeu.

29

janv.

2015

Ce sont des choses qui arrivent

Roman de Pauline Dreyfus

Natalie Saule de Sorrente est issue d'une des plus grandes familles d'aristocrates françaises. Vie facile, mariage de raison où les accrocs au contrat n'ont pas d'importance tant que les apparences sont sauves. Pendant la deuxième guerre mondiale, Natalie s'ennuie. Au décès de sa mère, Natalie apprend l'identité de son véritable père de nationalité juive. Sa vie va en être bouleversée. Pauline Dreyfus dépeint très bien le désintérêt, voire l'approbation, du milieu auquel Natalie appartient pour la persécution d'une partie de la population. Un roman grinçant qui appuie finement là où ça fait mal. 


Patricia L.   Je Tu Lis, On En Parle

0 commentaires

sam.

20

déc.

2014

Par un matin d'automne

Roman de Robert Goddard

Une vieille dame anglaise amène sa fille au monument de Thiepval (Somme). Le nom de son aieul y est inscrit. Elle lui parle de là vie de cet aieul pendant la guerre de 14/18 et le mystère qui entoure sa mort . Un jour alors qu'elle venait de se marier un inconnu a pris contact avec elle et lui a raconté les événements qui ont entouré cette disparition ainsi que la disparition de sa mère tout aussi mystérieuse. Beaucoup de suspens pour ce livre bien écrit.


Marie Claire B. Je Tu Lis, On En Parle

0 commentaires

sam.

20

déc.

2014

Regarde les lumières, mon amour

Roman d'Annie Ernaux

Créée recemment par les editions du Seuil une collection "Raconter la vie"
D'elle vous connaissez sans doute ses romans ou recits a caractère autobiographique:: La honte. La place. Les années etc
Dans ce roman elle nous emmène à Auchan. Une mère dit à sa fille" Regarde les lumières, mon amour" (les  illuminations de Noël).Auchan tout le monde connait, n'a plus rien a y voir..Detrompez vous. Avec Annie Ernaux, nous sommes éblouis par la justesse de ses observations, ses réflexions sur la société de consommation.  70 pages qui se lisent d'un trait.


Eugene A. Je Tu Lis, On En Parle

0 commentaires

ven.

12

déc.

2014

Entre mes mains le bonheur se faufile

Roman d'Agnès Martin-Lugand (2014)

Après une violente dispute avec ses parents, au sujet du métier qu'elle veut faire : « Couturière », Iris décide de ne plus les voir. Elle trouve une formation privée sur Paris en couture et un logement. Son stage se fait à « l'Atelier ».
Elle y fait la connaissance de sa chef, Marthe et des autres stagiaires, elle découvre beaucoup de tissus différents. Elle apprend le maniement de la machine à coudre. Elle fait la connaissance de Philippe, son formateur. Il a travaillé avec les plus grands dans le monde de la mode.
Sur un travail demandé : « Tailleur Femme revisité » Iris n'en fait qu'à sa tête, et son travail est très apprécié. Un jour, elle rencontre un beau jeune homme nommé Gabriel, finalement elle accepte un dîner avec lui...

Peut-on vivre sur l'emprise d'une femme, ou de quiconque d'ailleurs ? Peut-on refaire sa vie après un échec, un divorce ?

Pour le savoir, lisez ce livre que j'ai beaucoup aimé.


Gwenaëlle D.

0 commentaires

ven.

21

nov.

2014

Charlotte

Roman de David Foenkinos

Ceci n’est pas un roman, ceci n’est pas une biographie, mais une touchante élégie que compose David Foenkinos à la mémoire de Charlotte Salomon, comme un chant d’amour triste et mélancolique pour une jeune artiste allemande, juive, déportée et morte  à  26  ans à Auschwitz en 1943.
Le destin de cette jeune berlinoise est tragiquement marqué par la folie et la mort de ses proches et la déliquescence du monde qui l’entoure s’enfonçant dans la barbarie. Charlotte Salomon fuit l’Allemagne et les persécutions nazies. Elle s’installe dans le sud de la France et peint pour conjurer ses démons intérieurs et la fatalité d’un avenir qu’elle pressent. Entre 1940 et 1942 elle réalise des centaines de gouaches, enchevêtrements de formes et de couleurs vives d’une vibrante modernité, un exercice cathartique qui traduit ses états d’âme et ses aspirations. Charlotte met en scène sa vie dans un recueil illustré qu’elle appelle  : «  Vie  ? ou théâtre  ?  » ouvrage qu’elle confiera à un ami médecin, «  c’est toute ma vie  » lui dira-t-elle peu de temps avant de disparaître  dans le camp de concentration d’Auschwitz.
Ce récit fort et vibrant de David Foenkinos nous donne furieusement envie de connaître la peinture de Charlotte et la bibliothèque de Cambrai  permet cette découverte, elle possède l’ouvrage  de Charlotte Salomon. En feuilletant «  Vie  ? ou théâtre   », on pense à Munch, à Emil Nold, à Chagall. Il y a dans la peinture de Charlotte Salomon ce jaillissement de la modernité, cette fulgurance des couleurs qui nous font penser à la peinture expressionniste allemande, un talent prometteur indéniable irrémédiablement interrompu.
Lire Foenkinos et parcourir conjointement le travail de cette artiste a pour effet de redonner chair et vie à Charlotte Salomon si fortement incarnée dans l’expression de son travail artistique.

Lionelle     Je Tu Lis On En Parle

1 commentaires

ven.

10

oct.

2014

Les secrets de Laviolette

Roman de Pierre Magnan

L'inspecteur Laviolette est un policier bien sympathique qui opere dans le Sud de la France. Ill ne s' agit pas ici d'un roman de ses aventures mais de 3 nouvelles fantastiques. L'ecriture de Magnan est Belle un peu desuete un peu vieille France.
Pour les amateurs l'inspecteur Laviolette est joué par Victor Lanoux a la télé.

0 commentaires

ven.

10

oct.

2014

Requiem pour un poisson

Roman de Christine Adamo

La decouverte d 'un Coelacanthe faite par un pecheur sud africain en 1938 met le monde scientifique en émoi.  Est ce le chainon manquant entre la mer et la terre? Les recherches vont se succeder et les enjeux sont tels qu'un homme n'hesitera pas a tuer pour s'en approprier le benefice et la gloire qui en decoulent. Mi roman policier mi scientifique.

0 commentaires

ven.

10

oct.

2014

C'est le métier qui rentre

Roman de Sylvie Testud

Une jeune scénariste est a la recherche d'un producteur pour financer son film.
Elle trouve enfin des gens prêts à l'aider, un frère et une soeur très enthousiastes. Contre l'avis de tous ses amis et de toute sa profession elle s' engage avec ce couple complètement déjanté.  Les contretemps, quiproquos et les coleres epiques des deux monstres se succedent et la malheureuse se rend compte du guêpier ou elle est tombée.  Elle ne tournera pas son film, mais apres tout " c'est le metier qui rentre"  se dit elle soyons philosophe.

0 commentaires

sam.

07

juin

2014

Rien ne s'oppose à la nuit

roman de Delphine de Vigan

C'est un récit déchirant de l'auteur sur le suicide de sa mère. Quelque temps après le drame, elle a enquêté, confronté les témoignages pour arriver à une vérité difficile à admettre. Lucile, sa mère, a été marquée dans sa  jeunesse :  violée  par son  père,  elle  ne s'en  est  jamais remise.  Personnalité attachante, elle est déroutante pour ses enfants. Delphine a aimé sa mère, mais a souffert de n'avoir pas eu de lien direct avec elle et de ne pas l'avoir comprise.

 

Francis N.    Je Tu Lis On En Parle

0 commentaires

sam.

07

juin

2014

En finir avec Eddy Bellegueule

roman de Edouard Louis

Un crachat en pleine figure et pour nous un coup de poing reçu dans le ventre... Le  roman  d'Edouard  Louis,  par  sa  violence,  nous déstabilise  dès  les  premières  lignes.  Eddy Bellegueule  à  un  nom de  dur,  de  dominant  mais  c'est  un  dominé,  aussi  bien  dans  la cour  de récréation que dans sa famille. Pourquoi cet acharnement ? Peut être parce qu'il est différent. Rejeté, humilié, par ses camarades de collège et par ses parents, Eddy choisit la fuite pour mieux se révolter.

 

Anne W.      Je Tu Lis On En Parle

0 commentaires

sam.

07

juin

2014

J'irai cracher sur vos tombes

roman de Boris Vian alias Vernon Sullivan

C'est sous le pseudonyme de Vernon Sullivan que Boris Vian a écrit ce petit polar noir, l'histoire sulfureuse  d'une  furieuse  et  impitoyable  vengeance.  Brillant  pastiche  des  romans  policiers américains  aux inspirations  d'un James Hadley Chase matinées  d'Henri Miller, Boris Vian  nous dresse le portrait d'une Amérique sauvage en proie à un racisme exacerbé où les blancs et les noirs s'affrontent férocement. Que cherche Lee Anderson à Buckton, petite ville du sud des Etats­Unis, qui est­il vraiment ? Un jeune apprenti libraire sympathique et fêtard ou un prédateur amoral assoiffé de vengeance ? Le titre de l'ouvrage était déjà provocateur, le livre aussi, Boris Vian encourut d'ailleurs les foudres de la censure pour outrages aux bonnes mœurs. On est loin ici de son style onirique et surréaliste de « L'arrache cœur » ou de « L'herbe rouge », il se sert des codes du roman noir américain avec une écriture ramassée, crue, brute, incisive. L'alcool, le sexe, la débauche, l'ultra violence sont les ingrédients de ce récit qui garde, à près de 70 ans  de sa parution, toute sa modernité.

 

Lionelle F.      Je Tu Lis On En Parle

0 commentaires

sam.

07

juin

2014

La vague

roman de Todd Strasser

C’est un récit basé sur une expérience réelle menée par un professeur d’histoire dans un lycée de Californie dans les années 70. Ben Ross enseigne la seconde guerre mondiale et le cours porte sur l’embrigadement de la société par le  nazisme. Devant le scepticisme  des  élèves  qui  ne  veulent  pas  croire  que  cela soit encore possible  à  leur  époque,  il  leur  propose  une  expérience au  niveau  de  la  classe.  Les  élèves  se prennent  au  jeu  et insidieusement  le  mouvement  gagne  du  terrain  jusqu’à l’inimaginable.  Si l’écriture est peu fouillée, le propos est fascinant et pose question. D’où le grand mérite de ce livre qui reste d’une troublante actualité. Un film en a aussi été tiré, réalisé par un cinéaste allemand, se situant à notre époque et dans son pays, film plus sombre que le livre et d’autant plus percutant et dérangeant.

 

Marie­Agnès L.     Je Tu Lis On En Parle

2 commentaires

sam.

07

juin

2014

Un océan de pavots

roman d’Amitav Ghosh

Une grande fresque socio­historique par ce très reconnu auteur indien. 1838, une frégate arrive dans la baie de Calcutta. De rebondissements en rebondissements l’auteur noue son intrigue autour de multiples personnages qui se retrouveront à la fin du livre à bord de ce bateau, via l’île Maurice. En jeu, la culture du pavot, la guerre de l’opium, le commerce colonial. De la paysanne qui devait se faire sati au maharajah déchu en passant par le capitaine de la goélette ou le jeune pêcheur amoureux de la fille métisse du savant blanc  décédé, une dizaine de destins se croisent  dressant  un  tableau  vivant  et  coloré  de  cette  Inde  du  XIXème  siècle.  L’histoire  est foisonnante et l’écriture alerte vous emporte dans un vaste tourbillon pour vous faire découvrir un grand  pan d’Histoire. Passionnant : j’attends  avec impatience la suite de  ce roman,  car  ce tome n’est que le premier d’une trilogie.   Marie­Agnès L.   Je Tu Lis On En Parle

Une grande fresque socio­historique par ce très reconnu auteur indien. 1838, une frégate arrive dans la baie de Calcutta. De rebondissements en rebondissements l’auteur noue son intrigue autour de multiples personnages qui se retrouveront à la fin du livre à bord de ce bateau, via l’île Maurice. En jeu, la culture du pavot, la guerre de l’opium, le commerce colonial. De la paysanne qui devait se faire sati au maharajah déchu en passant par le capitaine de la goélette ou le jeune pêcheur amoureux de la fille métisse du savant blanc  décédé, une dizaine de destins se croisent  dressant  un  tableau  vivant  et  coloré  de  cette  Inde  du  XIXème  siècle.  L’histoire  est foisonnante et l’écriture alerte vous emporte dans un vaste tourbillon pour vous faire découvrir un grand  pan d’Histoire. Passionnant : j’attends  avec impatience la suite de  ce roman,  car  ce tome n’est que le premier d’une trilogie.

 

Marie­Agnès L.   Je Tu Lis On En Parle

 

0 commentaires

sam.

07

juin

2014

Le théorème du homard ou Comment trouver la femme idéale

roman de Graeme Simsion

Un roman rempli d'amour et de tendresse, mais aussi de clichés scientifiques ! Lorsqu'un scientifique  méthodique,  organisé,  avec  une  vie  bien réglée, rencontre une étudiante barmaid sans complexe ni règle, alors tout se complique ! Faut­il suivre son cœur ou sa raison ? Surprenant et original, Le théorème du homard se lit presque d'une traite... alors allongez vous et profitez de votre lecture entre fous rires et interrogations... Qui n'a jamais rêvé de trouver l'être idéal ? Après ce livre vous saurez très bien comment faire.

 

 

Myriam L.

 

0 commentaires

sam.

26

avril

2014

Idealist

CD de Cristina Branco

Cristina Branco est une chanteuse portugaise née le 28 Décembre 1972 près de Lisbonne. Après avoir été attirée par le jazz , le blues ou encore la bossa nova, elle se tourne vers le fado quand son grand­père lui offre un disque d'Amalia Rodrigues. C'est Custodio Castelo qui l'accompagne à la guitare portugaise, elle même étant au piano. Très populaire aux Pays­bas, elle a rendu hommage au poète néerlandais Jan Jacob Slauerhoff qui vécut au Portugal, mais aussi à son compatriote le portugais David Mourao Ferreira. J'ai beaucoup aimé ces trois CD que forment Idealist. Cristina Branco a une voix très agréable, sensuelle et moderne. J'ai ressenti beaucoup d'émotions en les écoutant. Aux amateurs de musique portugaise et de fado bien sûr !

 

Gwenaëlle D.

0 commentaires

sam.

26

avril

2014

Le collier rouge

roman de Jean­Christophe Rufin

Eté 1919 : un chien nommé Guillaume aboie sans discontinuer devant la prison d'une sous­ préfecture du Bas­Berry. Antihéros malgré lui, il n'attend qu'une chose, que son maître soit libéré. Pendant ce temps, dans la cellule du prisonnier, deux hommes se retrouvent face à face : le premier est un ancien officier, juge militaire, empreint d'humanité, le second idéaliste et révolté, a reçu la légion d'honneur avant d'être en état d'arrestation. L'un peut­il condamner l'autre ?

 

Anne W. Je Tu Lis On En Parle

0 commentaires

sam.

26

avril

2014

Sigmaringen

roman historique de Pierre Assouline

Une petite ville au sud de l'Allemagne, principauté des Hohenzollern. Ce huis­clos se passe dans un château, siège du gouvernement de Vichy en exil à la fin de la seconde guerre mondiale. On y trouve une centaine d'officiels, et dans la ville beaucoup de miliciens et de français collabos. L'auteur restitue le quotidien à travers les yeux et les oreilles du majordome Julius Stein ; ce dernier, personnage discret, donne le point de vue allemand sur les français. Il sert les français sans état d'âme. Cela pose le problème de l'obéissance aux ordres. Stein peut présenter les intrigues, les trahisons, les jalousies, les rumeurs, sur ces membres du gouvernement. Les portraits psychologiques sont réussis : Pétain et Laval ne se parlent plus. Céline en tant que médecin, se dévoue au service des malades. Fernand de Brinon revendique le premier rôle et envoie des décrets qui ne vont nulle part. Ce petit coin d'Allemagne apparaît préservé, alors que tout autour le pays est écrasé sous les bombes.

 

Francis N. Je Tu Lis On En Parle

0 commentaires

sam.

26

avril

2014

Robe de marié

roman policier de Pierre Lemaitre

L'histoire est celle de Sophie, une jeune personne comme on en rencontre partout : elle a un travail, un mari, des projets. Mais Sophie sombre peu à peu dans la démence, mille petits signes inquiétants s'accumulent, puis tout s'accélère, la voilà impliquée dans plusieurs meurtres dont curieusement elle n'a aucun souvenir. Désespérée mais lucide, elle organise sa fuite, elle va changer de nom, de vie, se remarier, mais son douloureux passé la rattrape. Roman au suspense insoutenable ; on ne le lâche plus jusqu'à la fin. Pierre Lemaitre écrit des phrases courtes au présent, nous décrit des lieux, des ambiances, des portraits, des actes sur un rythme effréné et l'on retient son souffle à chaque page. Le style est nerveux ; nous suivons l'héroïne pas à pas, seconde après seconde. On y retrouve l'écriture cinématographique que j'ai découvert dans Au revoir là-haut. La descente aux enfers de Sophie est diabolique : on y assiste, on y plonge même, sans pouvoir intervenir. Comme elle, nous nous sentons asphyxiés. Jusqu'à la fin l'on se demande si Sophie va se sortir de la machination infernale où elle a été entrainée. Pour moi, c'est un bon thriller, noir et terrifiant.

 

Annie F. Je Tu Lis On En Parle

0 commentaires

sam.

26

avril

2014

Photo de groupe au bord du fleuve

roman par Emmanuel Dongala

Dans un pays d’Afrique quinze femmes cassent des pierres toute la journée au bord du fleuve pour gagner chichement leur vie. Un jour, Méréana apprend que le président va construire un aéroport : elle songe que les sacs de pierres vont devenir denrée recherchée et que peut-être elles pourraient réclamer une augmentation. Comment ces femmes de milieux et d’horizon différents en sont-elles arrivées à faire ce travail? Quel est leur quotidien ? Comment elles, que tout sépare, vont-elles se solidariser et oser affronter le pouvoir? Comment en tant que femmes se faire écouter et respecter des hommes? Quel peut être leur devenir ? Avec beaucoup d’humour, sans aucun misérabilisme, ni exotisme, Emmanuel Dongala nous offre un tableau vivant et finement analysé de la société africaine et surtout de la place qui est celle des femmes. Un beau livre, un récit d’espoir. Emmanuel Dongala est né en République du Congo. Il vit aux Etats-Unis où il enseigne la chimie ainsi que la littérature africaine francophone en université.

 

Marie-Agnès L. Je Tu Lis On En Parle

0 commentaires

jeu.

10

avril

2014

Autumn

roman de Philippe Delerm

L'histoire d'amour de Gabriel Rossetti et Elisabeth Siddal. Lui peintre, elle son modèle. Histoire d'amour mais aussi histoire de la création du mouvement préraphaélite par trois peintres britanniques : Hunt, Millais et Rossetti qui se référant non à la Renaissance mais à l'art médiéval vont introduire dans leurs tableaux de nombreuses références littéraires. Leurs toiles sont très colorées, les couleurs très chaudes, on y ressent leur sensibilité à la nature et aux questions sociales de l'époque. Philippe Delerm sait très bien nous dépeindre ce moment privilégié, son écriture est chaude et colorée comme les tableaux de ces peintres.

 

Marie-Claire B.     Je Tu Lis On En Parle

0 commentaires

jeu.

10

avril

2014

La pitié dangereuse

roman de Stefan Zweig

 

Tous les côtés positifs d'un Zweig y sont réunis : la plume magnifique, les récits enchâssés, la monomanie, un peu de psychanalyse avant-gardiste pour l'époque très bien décrite : l'Autriche-Hongrie d'avant la première guerre mondiale et ses préjugés sociaux.

 

Patricia L.     Je Tu Lis On En Parle

 

0 commentaires

jeu.

10

avril

2014

No et moi

roman de Delphine de Vigan

Le drame touchant d'une adolescente précoce et délaissée qui s'intéresse à une jeune sans-abri : on est forcément touché par l'actualité de ce roman et par cette jeune fille qui manifeste une empathie quasi anachronique, à une époque où des laissés-pour-compte meurent dans la rue et dans l'indifférence générale. Un « livre passerelle » entre la littérature de jeunesse et le roman « pour adulte ».

 

Patricia L.     Je Tu Lis On En Parle

0 commentaires

jeu.

10

avril

2014

Trois jours à Oran

roman d'Anne Plantagenet

L'auteur décide de passer trois jours avec son père en Algérie, pour (re)nouer avec ses origines, avec ce pays qu'elle ne connaît pas, dont elle n'a entendu toute son enfance que des bribes de merveilles et de critiques. Un beau voyage qu'elle offre à son père et à ses lecteurs, l'occasion pour elle de découvrir toute l'émotion qui s'empare de cet homme qui n'est plus le même quand il se retrouve dans les rues de La Radieuse, au pays de sa jeunesse. Un récit tout en émotions et en délicatesse sur la question de l'héritage des enfants et petits-enfants de pieds-noirs.

 

Patricia L. Je Tu Lis On En Parle

0 commentaires

jeu.

10

avril

2014

Le maître des illusions

roman de Donna Tartt

Le maître des illusions, qui est-il et quelles sont ces ou ses illusions ? Richard, vingt ans, pénètre dans le cercle très fermé (cinq étudiants et leur enseignant) d'hellénistes désoeuvrés. Très vite, il comprend, mais sans intervenir, le lien ambigu et fort qui unit chacun des membres. Un crime puis deux mettent en péril l'équilibre du groupe jusqu'à ce que le maître des illusions disparaisse.

 

Anne W. Je Tu Lis On En Parle

0 commentaires

jeu.

10

avril

2014

Petit oiseau du ciel

roman de Joyce Carol Oates 

Une nouvelle parution de Madame Oates et un nouveau coup de cœur. J’avoue ne pas être partiale, elle est mon écrivain préféré… Dans un village (imaginaire), période de crise. La jolie serveuse de la laiterie, mais aussi chanteuse glamour de rock dans un groupe local, est retrouvée assassinée. Est soupçonné Eddy Dielh, marié, père de deux enfants, et qui serait son amant; mais aussi son mari, Delray Kruller, dont elle s’est séparé récemment. Première partie, Krista la fille adolescente d’Eddy raconte; elle est persuadée de l’innocence de son père. Deuxième partie, à travers les yeux d’Aaron le fils de la victime; lui aussi veut croire à l’innocence de son père. Dans ce village où tout le monde connaît plus ou moins tout le monde, où ragots et commérages circulent, le non-dit est la règle face à ces enfants, et il leur faudra interpréter les silences, les bribes perçus, recouper, deviner, et c’est donc une image déviée qui leur servira de modèle pour se construire et vivre face à cette violence que les adultes veulent minimiser et taire. De façon répétitive et lancinante, l’auteur construit son récit et nous emmène au cœur des personnages avec subtilité et profondeur. Elle maîtrise avec brio les méandres de son histoire pour nous décrire à la perfection ces destins brisés et violentés. Son texte haletant nous oblige, non sans grand plaisir, à partager les vies de ces familles et leurs blessures. Jusqu’à la fin et la révélation des années plus tard, et peut-être alors un certain apaisement, mais… Une très belle et intense lecture !

 

Marie-Agnès L.     Je Tu Lis On En Parle

0 commentaires

ven.

14

mars

2014

Mère disparue

roman de Joyce Carol Oates

L'héroïne, Nikki Eaton, 31 ans célibataire, journaliste très indépendante, un peu en marge (look branché ou trash, selon... « mes cheveux bordeaux pareils à une perruque de clown »« haut noir chiffonné qui remontait sur mon ventre en découvrant une bande de peau ») ne se comporte pas en fille modèle. Sa mère l'agacerait plutôt avec sa vie trop lisse, son caractère trop confiant et sa réprobation de la liaison de Nikki avec un homme marié. Mais deux jours après la célébration de la fête des mères, Gwen Eaton est assassinée. Ce drame inattendu marque le début d'un virage à 180° chez Nikki qui au cours d'une tumultueuse première année de deuil va, en redécouvrant la femme qu'était en vérité sa mère et les secrets qu'elle portait, se retrouver elle­même. Joyce Carol Oates nous raconte un bout de vie, celle d'une jeune femme anéantie par une douleur inimaginable et qui au risque de perdre sa propre identité, se réapproprie peu à peu les liens du sang. Le livre n'est pas triste pour autant, quelques épisodes restent cocasses. Oates se montre fine observatrice et chroniqueuse sociale avertie (elle passe en revue les éléments de ces vies banlieusardes en des maisons accueillantes et confortables). Dans cet ouvrage elle laisse cependant apparaître une certaine sensibilité et une certaine fragilité. La féministe, la femme engagée, s'effacent un peu pour lancer une déclaration d'amour à sa mère...à toutes les mères. Ce roman profondément attachant et tendre devient universel lorsqu'il s'agit d'offrir à chaque homme ou femme un regard sur nos rapports aux nôtres et sur notre propre existence. Un beau roman, féminin, profond et sensible, j'ai découvert un auteur.

 

Annie F. Je Tu Lis On En Parle

0 commentaires

ven.

14

mars

2014

Flics Requiem

roman policier de Michel Tourscher

Lucas a dû quitter la police, et mène maintenant une carrière de détective privé pas toujours captivante. Cette fois, il est à la recherche du mari de sa cliente, disparu d’une clinique psychiatrique. Quand il découvre que celui-ci appartenait à une unité de police qui en est à son 3e inspecteur assassiné, il doit faire vite pour retrouver le fuyard, car il devient lui-aussi une cible. L’enquête est bien menée, les rebondissements nous tiennent en haleine, et les personnages sont bien campés. L’auteur, lui-même officier de police, nous offre ici un premier roman prometteur. Un auteur à découvrir et à suivre…

 

Marie-Paule V. Je Tu Lis On En Parle

0 commentaires

ven.

14

mars

2014

L'homme qui avait soif

roman de Hubert Mingarelli

1946 : l'auteur évoque la longue marche d'un jeune japonais démobilisé vers sa fiancée. Comme il a raté une correspondance, il décide de rejoindre à pied la ville du terminus du train. Au cours de ce périple, les rencontres plus ou moins bonnes, nous permettent d'en savoir plus sur ce curieux personnage. Dès le début du roman, on pense au titre « Hisao ouvrait la bouche sous la pierre d'où l'eau gouttait ». Depuis le départ de la montagne où oeuvrait son armée, il souffre d'une soif obsédante et des rêves le hantent. Cela permet un retour sur son passé. L'auteur intercale le vécu de son héros avec le présent. Cela rend le récit très vivant, grâce à des chapitres très courts, et en même temps poétique. D'autres thèmes sont développés : l'amitié entre les hommes, leur vulnérabilité et leur besoin de réconfort.

 

Francis N. Je Tu Lis On En Parle

0 commentaires

ven.

14

mars

2014

Le chardonneret

roman de Donna Tartt

A la suite d'une explosion dans un musée, un vieil homme, amoureux de jolies choses, confie un tableau « Le chardonneret » à Théo, 13 ans, devenu subitement orphelin. Afin de préserver cette œuvre de Fabritius, peintre hollandais, élève de Rembrandt et précurseur de Vermeer, le jeune garçon doit survivre parmi l'alcool, la cocaïne et des meubles à restaurer. Comme le cite le journal The Times, nous entrons grâce à ce livre dans le monde de « Dickens avec des flingues ».

 

Anne W. Je Tu Lis On En Parle

0 commentaires

ven.

14

mars

2014

Rue Darwin

roman de Boualem Sansal

Un petit fonctionnaire algérien accompagne sa mère en phase terminale jusqu’à un hôpital parisien. Ses frères et sœurs dispersés de par le monde, suite aux circonstances politiques, l’y retrouveront. La mère décède et les portes du souvenir s’ouvrent et les secrets se dévoilent peu à peu. Qui est sa vraie mère? La belle fille décédée de la grand­mère toute puissante? Cette dernière, descendante des grands chefs de tribu, a maintenu le nom et la fortune familiale, bâtit un empire international à partir de maisons de passe. Ou l’une de ses prostituées qui a rebâti sa vie à Alger, l’a enlevé et est la mère de ses frères et sœurs? Ou encore l’amie de cette femme? Qui est­il? Ses souvenirs emmêlés se révèlent petit à petit et cette quête d’identité nous livre une galerie de portraits hauts en couleur. Mais se double aussi d’un tableau fouillé et attachant de l’histoire de l’Algérie déchirée par les guerres et l’intégrisme. Le constat est sombre, mais l’auteur manie ironie et humour et la dérision l’emporte. Un beau récit d’une belle écriture.

 

Mari­Agnès L. Je Tu Lis On En Parle

0 commentaires

ven.

14

mars

2014

Histoire de la Grande Maison

roman de Charif Majdalani

Un homme essaie de retrouver les traces du passé familial, il enquête, rassemble les bribes, souvenirs, témoignages dispersés, et quelquefois supplée aux manques par son imagination en se basant sur des faits historiques avérés, et y entremêle légendes et fables. Liban, fin du XIXème siècle, début du XXème ; Wakim Nassar, accompagné de son frère, fuit Beyrouth et se retrouve au Mont Liban. Le pourquoi de cette fuite, comment Wakim introduira la culture de l’oranger sur laquelle il bâtira sa fortune, les démêlés avec les nomades, les relations et querelles familiales, les tractations politiques et religieuses, la construction de la Grande Maison, le mariage, les enfants, l’amitié avec le voisin et savant français, la présence ottomane qui se resserre, la déportation, la faillite, l’exil en Egypte…toute une vie qui passe et tout un pan de l’histoire libanaise. Bien documenté, ce récit enlevé et alerte, mais fouillé, qui vous entraine à travers maintes péripéties, se lit agréablement et fait découvrir cet attachant pays et ses habitants.

 

Marie-Agnès L.     Je Tu Lis On En Parle

0 commentaires

sam.

01

févr.

2014

Home

roman de Toni Morrison

C’est un texte relativement court de quelques 150 pages mais dense et bouleversant. Car Toni Morrison a l’art de nous livrer d’une écriture concise et enlevée une approche profonde de la condition humaine, et de surcroit compliquée de celle d’être noir. Donc années 50 et ségrégationnisme ; Frank Money, de retour de la guerre de Corée, s’enfuit de l’asile psychiatrique où il était enfermé, conséquence de son état d’esprit fluctuant suite aux visions de guerre qui le hantent ; il parcourt les Etats­Unis vers le Sud pour rejoindre sa sœur qui l’appelle. Des chapitres à la première personne nous accompagnent dans le périple de Frank Money comme dans son cheminement intérieur, passé et présent s’entremêlent ; entrecoupés de chapitres à la troisième personne qui évoque des proches de Frank et surtout des femmes. Autant de personnages fragiles et blessés par la vie mais aussi par les blancs, une description subtile et nuancée, bien que sans concession, de l’Amérique noire. C’est beau!

 

Marie­Agnès L.     Je Tu Lis On En Parle

0 commentaires

sam.

01

févr.

2014

La tristesse du samouraï

roman de Victor del Arbol

C’est un polar magistral (dont je ne vous raconterai pas l’intrigue) mais aussi un roman social et historique tragique. L’histoire se passe sur trois générations, de la guerre civile espagnole et mise en  place  de  la  dictature  par  Franco  à  la  tentative  de  coup  d’état  des  années  80.  Comment  les traumatismes se  perpétuent  au  fil  des  filiations  générant  folie,  vengeance,  meurtre  et  rarement rédemption. Comment un pays marqué par sa sombre histoire peut s’arranger ou pas de son passé. Quel fut le sort  des  enfants  orphelins  des  prisonniers  politiques  de la  guerre. Quid  des  petits  et grands arrangements sous la dictature. Quel fut cette tentative de coup d’état des années 80. Victor del Arbol mêle habilement intrigue policière et récit socio­historique et nous entraine d’un grand souffle dense. Les personnages sont bien campés. Le livre vous interroge et désarçonne, terrible et grave, mais le récit vous tient en haleine.

 

Marie-­Agnès L.     Je Tu Lis On En Parle

0 commentaires

sam.

01

févr.

2014

Au-revoir là-haut

roman de Pierre Lemaitre (Prix Goncourt 2013)

Deux hommes rescapés de la Grande Guerre se retrouvent pour essayer de vivre ensemble. Edouard, le gosse de riches, chanceux et talentueux, a sauvé Albert d'une mort certaine sur le champ de bataille. Il en ressort défiguré. Albert, homme simple et généreux se donne alors pour mission d'aider son ami à survivre dans la vie de tous les jours. Les personnages sont en place, la comédie dramatique peut se dérouler.

 

Anne W.     Je Tu Lis On En Parle

0 commentaires

sam.

01

févr.

2014

Le confident

roman d'Hélène Grémillon

Un secret, des sentiments, des êtres humains trop humains, avec leurs failles, leurs faiblesses et leurs certitudes... incertaines. Un roman écrit comme un polar où le tueur n'est pas celui que l'on croit : secret, naissance, amour, vengeance, guerre, séparations... ? Plongez vous dans ce tourbillon ! « Des armes et des mots c'est pareil, ça tue pareil » (Léo Ferré)

 

Maris Souris     Je Tu Lis On En Parle

0 commentaires

mar.

14

janv.

2014

Les mille automnes de Jacob de Zoet

roman de David Mitchell

Fin du XVIIIe siècle, Jacob de Zoet, jeune clerc hollandais vient chercher fortune sur l’île de Dejima, comptoir marchand de la Compagnie des Indes Orientales dans la baie de Nagasaki ; en face, chez les japonais, la belle Orito, sage-femme, sauve la vie de l’enfant et de la concubine du Shogun… C’est un roman à l’écriture précise et qui mêle les intrigues et les propos et peut se lire à plusieurs niveaux. Roman d’initiation quant au parcours de l’intègre Jacob de Zoet face aux manœuvres politico-commerciales. Roman d’amour quand notre héros tombe amoureux d’Orito. Roman d’aventures parce qu’Orito a été enlevée par le puissant abbé qui sous le couvert de son riche monastère se livre à des recherches ésotériques et dirige une secte. Roman socio-historique, la description de cette époque est riche et bien documentée : la lente dégradation du commerce colonial néerlandais, les enjeux, les tractations ; la vie quotidienne dans un comptoir marchand et les relations entre ces hommes obligés de vivre ensemble ; la société japonaise dans son faste et ses tabous ; l’incompréhension des deux communautés opposées et leur refus d’une recherche de la moindre tentative d’ouverture à l’autre culture. C’est un récit touffu qui nous entraine avec force et reste passionnant de bout en bout, c’est instructif et plaisant tout à la fois. Un très bon moment.

 

 

Marie-Agnès L. Je Tu Lis On En Parle

0 commentaires

mar.

14

janv.

2014

Face à face

roman policier de Gunnar Staalesen

Nous voici plongés dans la onzième enquête de Varg Veum dans sa bonne vieille ville de Bergen en Norvège. Varg Veum, détective privé, pas vraiment riche, amateur de jazz et d’aquavit est assez têtu et aime comprendre surtout quand il a des doutes. Lorsqu’il découvre dans sa salle d’attente un mort assis, ses doutes deviennent alors persistants. Cela pourrait bien ressembler à un suicide. Mais est ­ce bien un suicide ? Assez vite le détective va comprendre que cet étrange inconnu enquêtait lui­même sur une vieille affaire de quatorze ans : le suicide d’une jeune femme. La curiosité de Varg Veum va l’entraîner vers des évènements du passé qui dérangeraient plutôt dans cette ville de Bergen. Sa ténacité et son intelligence à toute épreuve vont nous permettre de replonger dans les années soixante­dix au cœur d’un petit groupe d’étudiants radicaux vivants en communauté. Le marxisme, la subversion et l’amour libre en vogue à cette époque vont ressurgir et mettre très mal à l’aise quelques notables de la ville. Le ton de l’auteur est vif, soigné ; on est vite embarqué dans cette enquête minutieuse qui va aboutir à la découverte d’un terrible secret. Le talent de Staalesen est intact. Ce qui change des polars habituels américains ou britanniques, c’est la peinture des us et coutumes d’un pays nordique. Le fameux modèle scandinave est égratigné à travers une peinture sociale critique tout au long de l’intrigue. La description de ce pays nordique donne une toute autre atmosphère et nous permet d’être projetés dans un univers de froid, de grisaille et de paysages sombres d'hiver. Le héros est très humain et change des stéréotypes des personnages noirs que l’on trouve habituellement dans ce genre de roman. Tous ces ingrédients font de cet ouvrage un livre agréable à lire où le suspense est de mise à chaque page. On attend avec impatience le prochain et pour ceux qui ne connaissent pas Gunnar Staalesen, vite vous avez dix romans à dévorer…

 

Annie F. Je Tu Lis On En Parle

0 commentaires

mar.

14

janv.

2014

La servante du Seigneur

roman de Jean­-Louis Fournier

Après « Où on va papa ? », Jean­Louis Fournier nous présente son troisième enfant, sa fille Marie : elle n'est pas handicapée comme ses frères, elle est belle, intelligente mais remplie de certitudes spirituelles et religieuses. Face à son père qui vit dans le doute permanent, Marie cherche à exister.

 

 

Anne W. Je Tu Lis On En Parle

0 commentaires

mar.

14

janv.

2014

Autorisation de pratiquer la course à pied et autres échappées

roman de Franck Courtès

Qu'y a-­t­-il de commun entre une femme qui court jusqu'à en mourir, un automobiliste qui ne peut pas en sauver un autre, un surdoué qui veut être un perdant ? Peu de choses apparemment, mais en réalité, la fragilité mais aussi la force des êtres humains.

 

 

Anne W. Je Tu Lis On En Parle

0 commentaires

mar.

14

janv.

2014

Petites scènes capitales

roman de Sylvie Germain

Le personnage de Lili est en recherche d'elle­même, déjà par sa double appellation, Lili­Barbara, mais aussi en quête d'une mère qu'elle n'a pas connue. Elle vit avec son père, à qui elle reproche un manque de chaleur, de communication. Elle vit bientôt dans une belle­famille où elle partage les joies, les peines, la jalousie, au travers de petites scènes intimes. On la voit grandir : ses amours la conduisent du côté des communautés des années 70, puis ses goûts l'amènent vers l'art. A l'âge adulte déjà bien affirmé, elle rencontre enfin l'amour avec Mathieu, un encadreur. Ce livre malgré une intrigue plutôt mince, est une galerie de portraits réussis, de personnes qui combattent la réalité et leurs doutes. Le texte est bien écrit, souvent poétique, d'une écriture imagée qui transcrit l'émotion : « Viviane, des yeux couleurs de fonds marins, des sourcils noirs et fins qui évoquent des hirondelles suspendues en plein vol. » « Le fugace embrasement d'un arbre et du soleil. » Retour à la maison de son enfance : « La tonnelle croulant sous les grappes de glycine, les arbres fruitiers où grapiller tout à loisir, et les odeurs en abondance, le silence criblé de bruits d'insectes, les tranches de lumière coupées par les lames des persiennes. Le corps en liberté, recru de sensations fortes. »

 

Francis N. Je Tu Lis On En Parle

0 commentaires

mar.

17

déc.

2013

Lointain souvenir de la peau

roman de Russel Banks

Comme toujours chez cet écrivain un livre questionnant et dérangeant. Un récit aux personnages bien typés et représentatifs de la société américaine, une écriture subtile et nuancée, un texte dense et touffu, et tout au long la question de la faute, de la culpabilité, de la honte, de l’exclusion face à une société de paraître et de mercantilisme, où la médiatisation pervertit les données sociales et morales, où la sexualité s’infiltre subrepticement dans tous les domaines et s’insinue dans l’inconscient des esprits. L’histoire est celle de Kid, un adolescent condamné pour crime sexuel mineur; la loi l’oblige lui et ses semblables à vivre en dehors des zones urbaines où une possibilité de déviance sexuelle serait éventuellement possible, soit en une petite colonie de sans-abris sous le pont de l’autoroute, ostracisée et à la merci de toute incursion et maltraitance des habitants et de sa police. Le Kid va rencontrer le Professeur qui fait une étude sur eux. La relation difficile, ambiguë, complexe, va amener le Kid à se découvrir et se structurer. Russel Banks livre une critique sans complaisance de la société américaine et de ce qu’elle est devenue, dans un récit magistral et d’une grande force.

 

Marie-Agnès L. Je Tu Lis On En Parle

0 commentaires

mar.

17

déc.

2013

Nina Simone

roman de Gilles Leroy

Pour clôturer sa «trilogie américaine», après Zola Jackson et Alabama Song, Gilles Leroy nous offre Nina Simone. Nina Simone, grande chanteuse de jazz des années 50 et à la vie tumultueuse. Et c'est sur ce point que l'auteur va accentuer son écriture. Alors qu'elle n'a jamais voulu être chanteuse mais musicienne, elle se retrouve hissée dans ce monde qu'elle aurait préféré ne pas connaître. Elle rencontre des hommes qui ne lui seront jamais bénéfiques ; simplement là pour profiter de sa fortune. Le roman se déroule dans le sud de la France, dans la résidence française de Nina, à la fin de sa vie. Alors qu'elle est en perdition, elle noue des liens avec son nouveau majordome à qui elle racontera des bribes de sa vie. Bien que l'on pourrait le penser, ce livre n'est pas une biographie, en tous cas, pas une biographie pure. Comme l'histoire de Zelda Fitzgerald, elle est romancée. Et c'est là que Gilles Leroy montre le plus de talent : en faisant revivre ces personnages.

 

Olivier C. Je Tu Lis On En Parle

0 commentaires

mar.

17

déc.

2013

Persécution

roman d’Alessandro Piperno

C’est un très reconnu et émérite médecin qui se voit accusé d’abus sexuels sur une mineure, petite amie de son fils ; mais cet homme ne se défend pas et se coupant de sa femme et de ses deux enfants, laisse faire les évènements et se réfugie dans sa cave aménagée. Alessandro Piperno manie l’ironie et se fait même caustique pour décrire une société en mal-être, au bord de la dérive. Il nous emmène d’une écriture enlevée à travers les scléroses de la société italienne, le non sens de nos sociétés modernes. Le livre est alerte et plein d’humour, pourtant les voix se mêlent pour dresser un constat sombre et insoluble de la fin d’un monde. Un beau récit dérangeant.

 

Marie-Agnès L. Je Tu Lis On En Parle

0 commentaires

mar.

17

déc.

2013

1Q84

roman de Haruki Murakami

C’est une histoire en trois tomes sur trois saisons. Mais Haruki Murakami sait si bien emmêler les fils de l’intrigue et rendre ses personnages si attachants qu’il nous entraine avec lui au-delà des frontières et vers le rêve et la sérénité. Deux époques: 1984 et un futur qui n’en est peut-être pas un, 1Q84. Deux personnages principaux: Aomané la tueuse et Tango l’écrivain en panne d’inspiration. Une intrigue policière; un récit de science-fiction; une belle histoire d’amour; une critique sociale du Japon moderne déboussolé, les sectes envahissantes, les yakusas omniprésents, la violence sous- jacente et aussi surtout celle faite aux femmes; une leçon de vie et de philosophie et atteindre la plénitude de son être; Murakami déploie toutes ces facettes avec brio, je trouve, et nous livre une belle œuvre profonde et dense, attachante et plaisante.

 

Marie-Agnès L. Je Tu Lis On En Parle

0 commentaires

mar.

17

déc.

2013

Au revoir là-haut

roman de Pierre Lemaitre (Prix Goncourt 2013)

Auteur de polars à succès Pierre Lemaitre se penche cette fois sur une période peu reluisante de notre histoire, au cours des années qui ont suivi la grande boucherie de 14­18. L’auteur réussit à esquisser toute une époque et les effets dévastateurs de la guerre sur les corps, les esprits et les âmes d’une génération. L’entrée du roman, avec son écriture très cinématographique, est magistrale. Des mots qui éclatent comme des obus au front. Dans les tranchées, il y a ceux qui aspirent à une fin rapide pour sortir vivant de cette souffrance atroce, et les autres, dotés d’une allure aristocratique et brutale, profiteurs de la guerre et qui, après l’armistice, se lancent dans le marché des cadavres militaires. L’histoire de ce roman est à la fois extravagante et fortement réaliste, avec des personnages crédibles qui respirent leur époque. Un fils de la grande bourgeoisie, artiste, homosexuel, a sauvé un modeste comptable, d’une mort atroce au prix de sa défiguration par un éclat d’obus. Retour à la vie civile de gens qui, brisés par la guerre, sont néanmoins sensés être des vainqueurs. Sur les ruines du plus grand carnage du XXe siècle, ces deux rescapés des tranchées, passablement abîmés, prennent leur revanche en réalisant une escroquerie aussi spectaculaire qu’amorale. Tous les personnages secondaires ont autant de présence et de profondeur que les deux héros de ce roman. Chacun des protagonistes porte un trait de caractère qui décrit les turpitudes de l’âme humaine et ses bassesses. Honneur, pouvoir, morale se débattent au sein des histoires de famille ou de corruption. Mené comme un polar, sur un sujet dur, difficile, Pierre Lemaitre tient son lecteur en haleine pendant plus de 500 pages derrière un tableau sociologique convainquant de la France de l'époque.

 

Patricia L. Je Tu Lis On En Parle

0 commentaires

ven.

29

nov.

2013

Le dîner

roman de Herman Koch

C’est le premier ouvrage traduit en français de cet auteur néerlandais. Paul accompagné de son épouse retrouve son frère et sa belle-sœur pour un dîner dans un restaurant chic afin de discuter de leurs enfants. Paul raconte et ses propos sont gentiment ironiques; il semble disséquer les faux semblants et paraîtres d’une élite huppée et de leur milieu. Le frère de Paul est un politicien reconnu et Paul se montre quelque peu moqueur de sa façon d’être et de faire. Tout cela commence donc, à l’apéritif, comme une critique sociale douce-amère et reste plaisant et drôle. Mais au fur et à mesure du repas, alors que les plats se succèdent, la vérité se dévoile. Les enfants des deux couples ont accompli un acte irréparable et d’une cruauté gratuite. Le discours de Paul s’insinue petit à petit en nous jusqu’à devenir malsain, son ironie devient écoeurante et glaçante. Ainsi Herman Koch distille peu à peu une analyse sans pitié de nos sociétés actuelles. Et pose la question du rôle des parents modernes, jusqu’où peuvent-ils aller pour défendre leurs enfants face à l’injustifiable. Un livre fort et dérangeant mené avec habileté.

 

Marie-Agnès L.           Je Tu Lis On En Parle

0 commentaires

ven.

29

nov.

2013

Mr. Peanut

roman de Adam Ross

David Pépin rêve chaque nuit qu’il tue sa femme; il doit finir par passer à l’action puisque deux policiers enquêtent… Cela a des allures de polar. Pourtant le récit est bien plus que cela. A travers l’histoire de trois couples Adam Ross pose la question des difficultés d’une relation à deux. Les histoires s’imbriquent et se mêlent judicieusement. Le propos est profondément analysé dans toute sa complexité et toutes ses facettes. Les portraits psychologiques sont subtils et fouillés. Le ton est ironique et l’écriture jouissive. Le récit vous entraine avec verve, plaisir et finesse et suspense sont au rendez-vous.

 

Marie-Agnès L.           Je Tu Lis On En Parle

0 commentaires

jeu.

28

nov.

2013

Timeville

Roman de Tim Sliders

La famille Cartier est une famille banale du 21ème siècle. Les parents sont au bord du divorce, les papiers attendent sur la table de la cuisine. Mais voilà qu'un matin, la famille Cartier se réveille en 1980 ; plus de téléphone portable, de belle voiture, d'immense villa et un look entièrement modifié (de la coiffure aux chaussures), bref, un nouveau départ dans une époque synonyme de nostalgie pour les uns et de catastrophe pour les autres. Chaque membre de la famille, n'ayant pas d'autre choix, va continuer (ou recommencer) sa vie tout en essayant de découvrir ce qui a bien pu se passer et comment retourner dans le futur. Bien écrit, ce roman nous raconte une période que nous avons connue (ou pas, dans mon cas) avec talent (et surtout avec cohérence et sans anachronisme !).

 

Olivier C.           Je Tu Lis On En Parle

0 commentaires

mer.

20

nov.

2013

Marcus

Roman de Pierre Chazal

 

Marcus a 8 ans. Sa mère, toxico à l'héroïne vient de se jeter du haut d'un pont. Recueilli par Pierrot, ancien amoureux de sa mère, homme des marchés, d'une générosité débordante, il démarre une nouvelle vie. Pierrot, pourtant, traine un passé compliqué, ce qui va l'amener à la prison où il cherche à survivre en attendant son procès. Comment sera-­t­-il possible pour Marcus de trouver sa place dans un monde hostile et violent ?

 

Anne W. Je Tu Lis On En Parle

 

 

 

Premier roman sur le lien et les relations père/fils et donne la parole aux sans grades, aux laissés-­pour­-compte qui, jamais ne connaîtront les feux de la rampe. Quand la famille est défaillante, on s'en crée une nouvelle, avec des amis fidèles, un père de substitution, une mère de remplacement, des gens qui sont toujours là et sur qui on peut compter quoi qu'il arrive . Une histoire de la « France d'en bas », celle qui bosse dur mais qui compte ses sous à la fin du mois, celle qui souffre en silence et dans la dignité mais c'est aussi celle où on n'abandonne jamais l'un des siens. On se serre un peu, on lui fait sa place, on lui donne tout ce que l'on peut et on l'aime. « Je le comprenais, cet esprit du Nord... ...et puis on était pas les seuls. Les bergers avec leurs pâturages… Les pêcheurs avec leur océan... Les historiens avec leurs ruines... On est tous là un peu à croire qu'il se fait rien de mieux sur terre que le coin de fumier qui nous nourrit » L'amitié et la solidarité sont servies par une écriture qui, si elle s'avère simple au premier regard, se laisse lire avec plaisir et rapidité en nous plongeant dans le Lille des années 1990. Une histoire simple et touchante, sans prétention. Loin d'être un roman inoubliable, il fait passer un bon moment.

 

Patricia L. Je Tu Lis On En Parle

 

0 commentaires

sam.

09

nov.

2013

Au revoir là-haut

Roman de Pierre Lemaitre

Nous sommes en 1918 à la veille de l'armistice. Les soldats rechignent à prolonger le combat. Mais un lieutenant, Henry d'Aulnay Pradelle, aristocrate ruiné, veut faire monter ses hommes à l'assaut de la côte 113 . C'est le début du roman et une hécatombe . Les scènes sont très réalistes ( il y a un côté cinématographique), nous vivons les combats, il y a très peu de survivants : le lieutenant et deux hommes du rang, un artiste et un paumé. L'auteur s'attache au retour à la vie civile. Il insiste sur le moment où la France ne pense qu'à glorifier ses morts. Dans la seconde partie du roman, nous retrouvons l'écrivain de polars qu'est Pierre Lemaitre : beaucoup de retournements de situation, passant du tragique au comique. Ce livre nous pose quelques questions : Quel retour pour les vétérans atteints dans leur chair ? A qui profite cette guerre ?

 

Francis N. Je Tu Lis On En Parle

0 commentaires

jeu.

31

oct.

2013

L'élégance des Veuves

Roman d'Alice Ferney

Deux familles au début du 20ème siècle. Les traditions conservatrices de la bourgeoisie avec leurs non dits et leur conformisme ne laissent aucune liberté aux trois femmes de ce roman : on les fiance et on les marie. C'est une chance, elles aiment leur mari chacune à sa façon et auront une ribambelle d'enfants. La maladie pour l'une et la guerre pour l'autre leur prendront mari et enfants. Tout cela dans une grandeur d'âme extraordinaire. Ce livre est un hommage aux veuves du début du 20ème siècle, leur idée, procréer et faire grandir avec un grand G. Magnifique portrait de femmes d'autrefois.

 

Marie-Claire B. Je Tu Lis On En Parle

0 commentaires

jeu.

31

oct.

2013

Grâce et dénuement

Roman d'Alice Ferney

Esther, bibliothécaire, s'invite dans un petit campement de gitans. Son idée est de faire partager son goût de la lecture à ces enfants marginalisés. Elle entre dans ce cercle très fermé dirigé par Angelina la matriarche. Au fur et à mesure des rencontres, des liens se forment entre les enfants, les adultes, et cette femme si gentille et compréhensive venue d'un autre monde. L'écriture d'Alice Ferney est une « grâce », une saveur qui nous rappelle Maupassant.

 

Marie-Claire B. Je Tu Lis On En Parle

0 commentaires

sam.

12

oct.

2013

Paula Spencer

Roman de Roddy Doyle

Nous nous plongeons dans un nouveau genre de roman policier où le coupable, l'alcool et la victime, Paula forment un « couple » complexe. Une histoire dure, poignante, pleine de ressentiments, de sous-entendus... Comment dire les mots, espérer, pardonner, réparer ? Une histoire tellement vraie que l'on aimerait se battre pour Paula et ses enfants, ouvrir pour eux la porte du renouveau, d'une vie enfin meilleure.

 

Valérie M.  

0 commentaires

mar.

08

oct.

2013

Les âmes grises

Roman de Philippe Claudel

 

Alors que la Première Guerre mondiale fait rage, le corps étranglé d'une petite fille, la petite Belle de jour, est retrouvé à deux pas de la demeure d'un procureur. Un récit hanté par le poids du temps, des remords et de l'horreur, qui raconte comment la solidarité des bourgeois du lieu entraîne la condamnation sommaire de deux déserteurs. Un livre à l'écriture sobre, d'une forte charge émotionnelle. Une histoire touchante et brutale à la fois. On se prend d'affection pour les personnages. Tous ces protagonistes évoluent dans la tristesse et la grisaille. Portrait de personnages d'une bêtise rare, aux préjugés de classes et animés des pires sentiments tels la lâcheté et la méchanceté, la Grande Guerre est propice à favoriser tous les excès et mettre en avant nos pires comportements.

 

Patricia L. Je Tu Lis On En Parle

0 commentaires

mar.

08

oct.

2013

Le Bûcher des vanités

Roman de Tom Wolfe

Jeune boursier ambitieux, Sherman Mc Coy, accompagné de sa maîtresse, cause un grave accident dans le Bronx. La victime est un noir, la voiture responsable une Mercedes. Le procureur Weiss se veut tenace car il souhaite être réélu. La politique, l'argent et les ambitions s'entremêlent dans une succession de procès et donnent une image surprenante et drôle de la vie new-yorkaise.

 

Anne W. Je Tu Lis On En Parle

0 commentaires

mar.

08

oct.

2013

La guerre des saints

Roman de Michela Murgia

Deuxième roman de l'auteure traduit en français après « Accabadora ». Celles et ceux qui ont apprécié cette plongée dans la Sardaigne des années 50, s'y retrouveront dans les années 80, avec en toile de fond une guerre interne de religion. Trois gamins se livrent à toutes sortes d'équipées carambolesques, écoutent les vieillards, assis devant leurs portes le soir, leur raconter des histoires fantastiques. Enfants de choeur, ils se retrouvent dans la procession de la  Rencontre  le jour de Pâques. Ce sont deux statues qui se rejoignent en fin de parcours ; celle du Christ ressuscité partant à la recherche de sa mère, la seconde celle de la Sainte Vierge en deuil allant à la rencontre de son fils. Mais, avec la création d'une seconde paroisse dans la ville de Crabas, ce sont deux processions rivales qui s'organisent et se livrent à une course épique au son de mégaphones dévidant des litanies endiablées et à une rencontre finale ponctuée par des pétards. Un récit plein d'humour.

 

Eugène A. Je Tu lis On En Parle

0 commentaires

mar.

08

oct.

2013

Accabadora

Roman de Michela Murgia

Premier livre de l'auteure traduit en français, Accabadora a obtenu en 2010 le Prix (prestigieux) « Campiello » en Italie, et en France le Prix « Pages des libraires » en 2011, et se trouve dans la sélection 2013 du Prix du « Meilleur roman des lecteurs de Points ». L'action, les faits relatés, qui sont plus ceux d'une nouvelle que d'un roman, se déroulent dans la Sardaigne rurale des années 50, un monde archaïque aujourd'hui presque disparu. Accabadora (de l'espagnol « accabar »: finir) c'est celle qui finit, la dernière mère. L'adoption et l'euthanasie abordés dans le récit ont des résonances actuelles. Maria est un de ces enfants « engendrés » deux fois, par la pauvreté d'une femme et la stérilité d'une autre. Maria fille biologique de Anna Teresa devient « fille d'âme » de Tzia Bonaria l'accabadora. Une langue poétique et un style sobre, un livre facile et agréable à lire.

 

Eugène A. Je Tu Lis On En Parle

0 commentaires